Pub

Image Map

0
Les USA ont émis leur doute sur l’engagement des autorités de Kinshasa à organiser les élections en 2017.


« Il est également essentiel de veiller à ce que le désir des Congolais de voter au cours d’élections libres et équitables soit respecté. Malheureusement, l’incertitude quant à l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre l’accord et à organiser des élections d’ici la fin de 2017 crée une incertitude inquiétante dans toute la RDC, » dit un communiqué du 11 avril 2017 de  l’ambassade américaine à Kinshasa.

Dans sa dernière adresse à la nation via les deux chambres réunies en congrès, Joseph Kabila avait mis en garde les pays occidentaux au sujet de ce qu’il a qualifié d’ingérence sur des questions électorales étant donné que le gouvernement s’est engagé à assurer le financement du processus électoral. Le 10 avril dernier, Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères avait réitéré le même message s’adressant à l’Union européenne et à toute la communauté diplomatique basée à Kinshasa.


Dans leur communication, les USA se disent également déçu de l’absence du consensus sur la désignation du Premier ministre.

« Les États-Unis réitèrent leur déception que les signataires de l’accord du 31 décembre n’aient pas été en mesure de parvenir à un accord sur le choix d’un nouveau Premier ministre conformément à l’accord. La mise en œuvre complète et rapide par le gouvernement de la RDC de l’accord conformément à la résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU est essentielle pour assurer le premier transfert démocratique et pacifique du pouvoir en République démocratique du Congo (RDC). »

Cet alignement des USA rejoint la position exprimée par la France, la Belgique, l’UE et dans une certaine mesure de la MONUSCO qui propose ses bons offices.

Alors que le Rassemblement en appelle désormais aux bons offices d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, les USA propose une nouvelle fois des discussions impliquant la CENCO pour faire atterrir pacifiquement le processus électoral.

« Les États-Unis encouragent les dirigeants de la coalition du Rassemblement de l’opposition à travailler avec le Conseil des évêques catholiques et d’autres signataires de l’accord du 31 décembre vers l’objectif des élections et un transfert pacifique et démocratique du pouvoir. »

Sur la question des droits de l’Homme, les USA brandissent encore la menace des sanctions individuelles.

« Les États-Unis exhortent à la fois le gouvernement de la RDC et les dirigeants de l’opposition politique à s’abstenir de toute déclaration ou action susceptible d’inciter à la violence. Les États-Unis restent prêts à imposer des restrictions aux individus – qu’ils soient du gouvernement ou de l’opposition – qui sapent les institutions démocratiques de la RDC. »

(Actualité.cd via www.diaspordc.com)

Enregistrer un commentaire

 
Top