Pub

Image Map

0
Péter Kazadi, conseiller juridique d’Etienne Tshisekedi parle des tractations au sein de l’UDPS. Des tractations qui pourraient aboutir à la fixation d’une date pour le rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi.


Interrogé par Top Congo FM, il ne s’est pas prononcé sur l’inhumation du Sphinx de Limete à Kabeya Kamuanga, son village. Sans détours, il a indiqué que le corps de Tshisekedi ne sera pas enterré à Bruxelles. Selon lui, avec ou sans autorisation des autorités, la dépouille sera rapatriée.

« Nous n’avons pas besoin d’une autorisation pour rapatrier le corps du président Tshisekedi« , a-t-il dit avant de préciser que  le lieu où sera exposé son corps avant son transfèrement dans son village natal est en cours d’examen.

« Toutes informations seront dévoilées au grand public après que toutes les options seront levées à l’interne« , révèle-t-il.


Les familles biologique et politique d’Étienne Tshisekedi, leader historique de l’opposition congolaise décédé le 1er février à Bruxelles, ont proposé quelques sites au gouvernement pour qu’il y soit érigée la sépulture. Aucun n’a accepté par les autorités. Toutefois, les deux parties avaient convenus un enterrement au cimetière de la Gombe, avant que les représentants de M. Tshisekedi ne fassent volte-face.

Néanmoins,  Péter Kazadi pense que les autorités veulent être impliquées cette fois-ci: « la question sera discutée au sein du parti« , ajoute-il.

Par ailleurs, la famille biologique d’Étienne Tshisekedi a décidé de l’enterrer dans son village d’origine, Kabeya Kamuanga, dans la province du Kasaï Oriental.  Pour Félix Tshisekedi, son père doit se reposer en attendant un gouvernement qui pourra lui offrir des obsèques dignes de ce nom. « Nous allons enterrer le président Tshisekedi dans le Kasaï. Demain, quand nous serons au pouvoir, on pourra l’honorer comme il se doit. Nous avons décidé, la date du rapatriement de son corps sera fixée dans les heures à venir« , a affirmé le président du Rassemblement.

Félix Tshisekedi a en outre annoncé un programme « dans les heures qui viennent ».

(Politico via www.diaspordc.com)

Enregistrer un commentaire

 
Top