Pub

Image Map

0
Valentin Mubake explique sa rencontre mardi à Kinshasa avec le président Joseph Kabila, faisant des révélations.



Officiellement ancien  Secrétaire général adjoint de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Valentin Mubake, a donné un meeting dans son  domicile à Kinshasa, expliquant les dessous de son éradication du parti, qu’il réfute pourtant.

Pour ce vieux compagnon de lutte d’Étienne Tshisekedi, c’est Félix Tshisekedi, le fils du leader historique de l’opposition décédé le 1er février dernier à Bruxelles, qui est à la base de cette « manoeuvre », contestant sa désignation comme candidat officiel du Rassemblement au poste du Premier ministre.

« Le président Tshisekedi m’a fait appeler, pour me dire: tu seras le Premier ministre. Après, il a même convoquer toute sa famille, leur disant la même chose devant moi. Et il ne s’est pas arrêté là, il a appelé les chefs de toutes les plateformes du Rassemblement, leur disant de ne pas convoiter le poste du Premier ministre, il revient à un candidat de l’UDPS« , explique Valentin Mubake qui s’exprimait en lingala.

« Comment Tshisekedi pouvait-il dire ça et au même moment signer une lettre en mettant le nom de quelqu’un d’autre? Jamais Tshisekedi ne mettait de sentiments dans ces décisions. Il considérait toujours l’intérêt général, l’intérêt du peuple en premier« , a poursuivi M. Mubake, et d’ajouter: « un jour, il a réuni sa famille, en disant: je n’ai pas fait quatre décennies de lutte pour ma famille. »

Concernant sa rencontre mardi à Kinshasa avec le président Joseph Kabila, Valentin Mubake, qui a tenu son meeting le jeudi, explique que le Président congolais lui a confié que jamais il ne nommera le fils de Tshisekedi au poste de Premier ministre, lui expliquant qu’il s’est entretenu « à peine quelques jours avant », avec l’interessé.

« En présence de son Directeur de Cabinet, le président Kabila m’a dit: moi on m’a donné deux dossiers [il fait allusion aux deux points de blocage au niveau de la CENCO: la Primature et la présidence du CNSA], alors j’ai décidé de lancer les consultations pour trouver une solution à ce problème. Et donc je t’ai invité comme personnalité politique, avec l’expérience que tu as… qu’en penses-tu?« , relate M. Mubake sous les acclamations de ses partisans.

« Kabila m’a dit, ma répétition avec UDPS n’a pas commencé aujourd’hui. Je n’ai jamais voulu médiatiser ça, à la demande des intéressés. Pas plu tard que les jours passés, Félix [Tshisekedi] était ici, avec le Conseiller spécial du président Sassou Nguesso, Monsieur Abbas. Moi je croyais qu’il était question de parler des obsèques du patriarche Étienne Tshisekedi. Je lui ai présenté mes condoléances, pensant que la conversation allait seulement tourner autour des obsèques, mais à ma grande surprise, je l’ai vu commencer à parler de la Primature. Me demandant si c’est sa personne qui ne me plaît pas« , révèle Valentin Mubake d’un ton remonté.

« Et le président Kabila dira: J’ai interrompu cette conversation immorale, ajoutant: même moi, quand Mzee [Laurent-Désiré Kabila est mort, j’ai attendu qu’on l’enterre pour prêter serment« , ajoute-t-il.

A ce cadre de l’UDPS de s’interroger sur les raisons de son éviction du parti: « Nous, nous sommes allés à la rencontre de Kabila sur son invitation durant le jour, officiellement, alors que toi tu y vas la nuit, quel mal avons-nous fait? Qui doit-on susprendre? »

De ce qu’il aurait dit au président Kabila, Valentin Mubake affirme avoir fait savoir sa désignation au poste du Premier ministre par le Lider-Maximo: « J’ai répondu au président Kabila, en lui expliquant que Tshisekedi de son vivant m’avait choisi comme Premier ministre, mais que la signature lui revenait, et qu’il devait juste savoir la vérité avant de prendre sa décision »

« Au sujet du CNSA, je lui ai dit: ce poste revenait à l’UDPS, comment devient-il objet des négociations? Si l’UDPS n’a pas un profil qui fait consensus, c’est à nous de choisir cette personne au sein du Rassemblement. Mais j’ai dit au président: Pierre Lumbi ne peut pas succéder à Tshisekedi. Je le lui ai dit« , explique-t-il.

« Dites à la base, il n’y a pas d’exclusion. Tu me trouves chez moi, tu veux m’y exclure« , conclu-t-il sous les cris des militants de l’UDPS.

Vendredi, le président Joseph Kabila a nommé Bruno Tshibala, un autre cadre de l’UDPS suspendu le mois dernier pour avoir soutenu une dissidence au sein du Rassemblement. Ce dernier accusait Félix Tshisekedi se d’être mis à la solde de Moïse Katumbi, un autre opposant dissident du Pouvoir congolais, et d’avoir usurpé la désignation à ce poste de Premier ministre.

(politico via www.diaspordc.com)

Enregistrer un commentaire

 
Top