Traque des évadés à travers la ville de Kinshasa : La police reçoit de nouvelles instructions sur les fouilles, check-points, ratissages et patrouilles ciblées

Pour stopper la perturbation de l’ordre public que les évadés continuent à causer à travers la ville province de Kinshasa, le commissaire général de la police a, par le canal du colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de cette institution, instruit les autorités de la police au niveau des provinces pour l’organisation de rondes, patrouilles, check-points, ratissages ainsi que bouclages ciblés.

Selon le colonel Mwanamputu, l’objectif principal de ces nouvelles orientations est de récupérer ces prisonniers en cavale. Dans cette optique, chaque commissariat urbain de la police nationale disposera d’un escadron mobile d’intervention  neuf.

La population accusée de n’avoir pas collaboré  

Il faut préciser que, si la police nationale congolaise a décidé de passer à l’offensive, c’est qu’elle a constaté que la population kinoise n’a pas suffisamment collaboré. Il convient de rappeler que lors des évasions à la prison centrale de Makala, du parquet de Matete et de Kalamu, à Kinshasa et de Kasangulu, dans le Kongo Central, la police, par la bouche de son porte-parole, le colonel Pierrot Mwanamputu, avait lancé un appel à la population Kinoise et celle du Kongo Central à collaborer et à dénoncer ces prisonniers dangereux, auteurs de crimes crapuleux, qui s’étaient volatilisés dans la nature et se cacheraient dans différents quartiers de la ville.

Cette collaboration entre population et agents de l’ordre tout comme de sécurité avait comme pour seul but de ramener ces évadés dans leurs cellules, enfin d’éviter la recrudescence de la délinquance. Mais selon le porte-parole de la police, les citoyens réticents n’ont pas coopérés avec les services de l’ordre.

Aussi après une brève accalmie, ces inciviques sont sortis de leurs tanières et continuent à opérer de jour comme de nuit. C’est ainsi qu’en demandant à la population de ne plus continuer à se plaindre, Pierrot Mwanamputu a fait savoir que la présence de ces agents de l’ordre et de sécurité est et sera remarquable dans tous les points chauds de la capitale.

La population continuent à se plaindre des dérapages de certains agents

La population kinoise, à qui on demande de dénoncer les évadés continuent, aussi à se plaindre du comportement  de certains agents de l’ordre, bien que le porte-parole les ait aussi appelés à bannir ces dérapages  pendant les opérations. Certaines personnes, qui ont croisé la route de ces agents de l’ordre, affirment qu’en ordre ou pas, ils se sont vus  confisquer  quelque chose, surtout l’argent.

Les plus malheureux sont les conducteurs de véhicules qui, à cause de ces dérapages, n’ont plus le courage de continuer à travailler la nuit, situation qui a rendu encore plus compliqué le transport en commun ces derniers jours à Kinshasa. Ces taxi-mans se dépêchent de terminer leurs courses à 21 heures.

Permis de conduire et cartes grises, seuls documents exigés

Rappelant à l’intention de tous que les seuls documents exigibles au cours de ces opérations étaient ceux des véhicules, le colonel Mwanamputu avait précisé dernièrement que c’est seule la carte rose et le permis de conduire qui pouvaient être réclamés par les forces de l’ordre.

« C’est très désolant et écœurant d’apprendre que les agents de l’ordre s’attellent à demander et à exiger une carte d’électeur qui n’est pas encore opérationnelle » s’était exclamé l’officier,  précisant qu’il s’agissait des fouilles de véhicules pour s’assurer qu’il ne s’y trouve pas d’objets compromettants.

La police est appelée à continuer à bien faire son travail, pour remplir sa mission de sécuriser les personnes et leurs biens pendant ces opérations, pour lesquelles elle a été formellement instruite par sa hiérarchie. Elle doit être courtoise envers les automobilistes, vers qui ces nouvelles orientations des opérations sont orientées.

Par Thony Kambila

Pour stopper la perturbation de l’ordre public que les évadés continuent à causer à travers la ville province de Kinshasa, le commissaire général de la police a, par le canal du colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de cette institution, instruit les autorités de la police au niveau des provinces pour l’organisation de rondes, patrouilles, check-points, ratissages ainsi que bouclages ciblés.

Image Map