Donald Trump : « Nous surveillons de près les violences en cours au Congo »

Le Président Américain s’est adressé aux dirigeants africains au cours d’un déjeuner de travail aux USA. Il a nommément cité la situation en RDC.

« Comme vous le savez, trop de gens souffrent des conflits en Afrique. En République centrafricaine, au Congo, en Libye, au Mali, en Somalie et au Soudan du Sud, entre autres, les choses sont très, très difficiles et dangereuses. Des groupes terroristes comme Daech, al-Shabaab, Boko Haram, et al-Qaïda menacent également la paix en Afrique. Les États-Unis sont fiers de collaborer avec vous pour anéantir les refuges de terroristes, couper leurs sources de financement et discréditer leur idéologie dépravée. Bon nombre d’entre vous m’ont dit – hier, en fait – que nous avons fait du très bon travail, surtout au cours des six, sept derniers mois », a dit Donald Trump lors d’un déjeuner de travail avec des dirigeants africains à la Maison-Blanche le 20 septembre dernier.

Il a également annoncé l’arrivée en Afrique de l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley.

« Nous surveillons de près les violences en cours au Soudan du Sud et au Congo, et elles nous perturbent beaucoup. Des millions de vies sont en danger, et nous continuons d’apporter une aide humanitaire. Mais de véritables résultats pour mettre fin à cette catastrophe passent par un processus de paix africain et un engagement sincère, vraiment sincère, de toutes les parties. Je sais que vous y travaillez et que vous y travaillez très dur. Pour faciliter ces efforts, j’envoie l’ambassadrice Nikki Haley en Afrique pour discuter des différents conflits et des résolutions, et, de façon plus importante, de la prévention », a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt, le gouvernement américain s’était dit consterné par « la violence et la mort de plus de 30 ressortissants burundais et d’un soldat congolais à Kamanyola le 15 septembre.

« Nous demandons au gouvernement de la RDC de travailler avec le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et les casques bleus de l’ONU pour atténuer les tensions entre les réfugiés burundais et leur population hôte. La cause de la violence doit être déterminée et les auteurs doivent être tenus responsables. Nous demandons instamment au Gouvernement de la RDC de protéger les civils touchés par la violence suite à de nouvelles attaques. En outre, nous exhortons les forces de sécurité de la RDC à s’abstenir d’utiliser une force excessive »

Actualité.cd

Le Président Américain s’est adressé aux dirigeants africains au cours d’un déjeuner de travail aux USA. Il a nommément cité la situation en RDC.