Espace Kasaï: “Cette conférence devrait rester ouverte à toute les suggestions constructives sauf à blanchir les responsables de crimes graves” – (Kabila)

Le chef de l’État Joseph Kabila a  ouvert ce mardi 19 septembre 2017 le forum sur la paix, la réconciliation et le développement dans l’espace Kasaï. Dans son mot d’ouverture, le président de la république a souligné que ces assises ont été convoquées conformément à la “tradition politique qui est le dialogue”.

Pour Joseph Kabila le forum reste ouverte à toutes les suggestions constructives sauf “à blanchir les responsables de crimes graves des massacres”.

“Si j’ai résolu de convoquer cette conférence sur la paix c’est en conformité avec notre tradition politique, seule du règlement de nos différends sociopolitiques par le dialogue. C’est bien dommage et triste qu’ici la voie de la raison n’est prévalue qu’à apostériori. Pour autant la finalité de cette conférence devrait rester ouverte à toute les suggestions constructives sauf à blanchir les responsables de crimes graves des massacres par décapitation  des nombreux innocents où des motivations diverses mais à mon sens, inopérante et qui ont couvert de honte l’ensemble de notre pays”, a dit Joseph Kabila.

Le chef de l’État a rappelé les anciennes violences connues dans la région de Kasai.

“Je rappelle que dans le passé l’espace du Kasaï avait commis les mêmes erreurs en 1959 jusqu’en 60 parce que la justice n’y était pas passé, ces erreurs se sont hélas répétées aujourd’hui voilà pourquoi depuis le mois de mars de cette année, j’exige que justice soit faite et aucun crimes commis ne reste impunis, aucun responsable à des degrés divers impliqués dans cette nouvelle tragédie ne soient épargnés par la reddition de comptes », a-t-il déclaré.

Christine Tshibuyi

Le chef de l’État Joseph Kabila a ouvert ce mardi 19 septembre 2017 le forum sur la paix, la réconciliation et le développement dans l’espace Kasaï. Dans son mot d’ouverture, le président de la république a souligné que ces assises ont été convoquées conformément à la “tradition politique qui est le dialogue”.