Gouvernement : la circulation simultanée des passeports semi-biométriques et biométriques pose un réel problème de fiabilité

Le gouvernement congolais a apporté  ce samedi 16 septembre 2017 des “éclaircissements” en rapport aux diverses réactions enregistrées depuis la décision du ministère des affaires étrangères sur l’invalidation de tous les passeports semi-biométriques en date du 16 octobre prochain. Le gouvernement affirme que la circulation simultanée des passeports semi-biométriques et biométriques pose notamment un problème de “fiabilité”.

“Les passeports semi-biométriques et biométriques circulent simultanément. Ce qui pose un réel problème au regard des autorités étrangères (ambassades, consulats diverses chancelleries) quant à la fiabilité même du passeport congolais. L’octroi des visas aux congolais désireux de se rendre en dehors du pays ou encore le contrôle opéré sur les passeports congolais à l’étranger fait l’objet de plusieurs controverses. A titre illustratif, certaines puissances étrangères ont déjà annoncé, qu’au mois novembre 2017, les détenteurs des passeports semi-biométriques ne pourront plus accéder sur leurs territoires; l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale a enjoint les Etats membres à opter pour le passeport biométrique, assorti d’une puce contenant les renseignements nécessaires sur le détenteur; alors que le passeport semi biométrique est simplement lisible à la machine et n’offre pas toutes les garanties sécuritaires”, indique le gouvernement  dans un communiqué.

Le gouvernement poursuit que la décision d’invalider les passeports semi-biométriques vise aussi à lutter contre la contrefaçon ou les falsifications “à l’heure où tous les pays sont engagés dans la lutte contre le terrorisme”.

“Le passeport congolais reste et demeure la propriété de l’Etat congolais qui pour l’une ou l’autre raison peut le retirer de la circulation”, conclut le gouvernement.

Patrick Maki

Le gouvernement congolais a apporté ce samedi 16 septembre 2017 des “éclaircissements” en rapport aux diverses réactions enregistrées depuis la décision du ministère des affaires étrangères sur l’invalidation de tous les passeports semi-biométriques en date du 16 octobre prochain. Le gouvernement affirme que la circulation simultanée des passeports semi-biométriques et biométriques pose notamment un problème de “fiabilité”.