Kamerhe: « Il n’y a pas 36 solutions à la crise que le respect intégral de l’accord du 31 décembre »

Vital Kamerhe a présenté ce vendredi 29 septembre son plan de sortie de crise au président de la commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat en séjour à Kinshasa.

A l’issue de l’entretien qui a connu la participation de Ould Lebatt, le représentant de l’OIF, le président de l’UNC déclare que la seule solution à la crise sociopolitique actuelle demeure l’application effective de l’accord de la Saint-Sylvestre.

« Le pays est au bord de l’implosion. Les professeurs sont en grève, les infirmiers, les étudiants manifestent presque tous les jours. Il y a la crise économique. À cela s’ajoute la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu avec les affrontements à Fizi. Il y a un grand recul sur la situation des droits de l’homme dans le pays. Les manifestations sont interdites ou réprimées (…) C’est à dire que tous les ingrédients sont réunis pour une implosion. Face à ce tableau sombre de la situation, je propose l’application intégrale de l’accord du 31 décembre. Aujourd’hui l’évaluation faite sur l’État de l’accord prouve que ce document est appliqué partiellement et non de manière significative. Il n’y a pas 36 solutions à la crise actuelle que le respect de l’accord du 31 décembre. Il faut libérer les prisonniers d’opinions, les exilés politiques, rouvrir les médias fermés au Haut-Katanga », a-t-il déclaré.

Vital Kamerhe s’est aussi prononcé contre un éventuel 3ème dialogue, sommant la CENI de publier le calendrier électoral conformément à l’accord du 31 décembre.

« On a eu les concertations dans ce pays avec plusieurs recommandations, l’accord du 18 octobre 2016 avec des dates précises pour les élections, enfin l’accord du 31 décembre qui s’oppose à toute révision constitutionnelle ou un référendum (…) Respectons les conclusions de ces différentes discussions, point barre! Et nous savons tous que le pouvoir utilise le dialogue pour gagner du temps. Nous demandons à la CENI de publier très rapidement et sans tarder un calendrier électoral car le peuple veut les élections cette année », a tonné le candidat déclaré aux futures élections présidentielles.

Kamerhe exprime également son rejet catégorique du vote électronique.

« Nous disons non au vote électronique car étant un mécanisme non fiable. Ça n’a pas marché en France, aux USA ou encore en Allemagne. D’ailleurs ses essais ici n’étaient pas totalement un succès. Nous n’avons pas besoin de cette innovation qui n’est même pas prévue par la loi électorale actuelle », ajoute-t-il.

De ces premières consultations du président de la commission de l’Union africaine avec les forces de l’opposition se dégage une similarité de vue entre l’UNC et le MLC de Jean-Pierre Bemba. Reçu juste après le parti de Vital Kamerhe, le MLC a également insisté sur le caractère « incontournable » du respect « intégral » de l’accord du 31 comme seule voie de sortie de crise.

Stanys Bujakera

Vital Kamerhe a présenté ce vendredi 29 septembre son plan de sortie de crise au président de la commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat en séjour à Kinshasa.