Lambert Mende: “ce n’est pas à l’UDPS qu’on a confié la mission de fixer la date des élections”

L‘Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), principal parti de l’opposition en République démocratique du Congo, a proposé un plan de sortie de crise mettant en place une transition “sans le président Joseph Kabila”, tout en annonçant la tenue des élections au premier trimestre de 2018. La proposition a provoqué un véritable tollé au sein de la classe politique.

Du côté de la Majorité Présidentielle, on accuse le parti dirigé symboliquement par Jean-Marc Kabund, mais surtout par Félix Tshisekedi de vouloir s’écarter de l’accord. “Nous avons un accord du 31 décembre 2016 que nous mettons en oeuvre. Il n’est pas question de s’en écarter“, dit Lambert Mende, joint au téléphone par POLITICO.CD.

Pour le ministre congolais de la Communication et des Médias, ce n’est pas à l’UDPS qu’on a “confié la mission de fixer la date des élections dans ce pays, même au cas où il n’y a pas d’élections cette année.”

“C’est une prérogative accordée à trois institutions et à ma connaissance, on n’a pas encore eu de réunion entre le CNSA [Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral], le gouvernement et la CENI [Commission électorale nationale indépendante] pour trouver une nouvelle date pour les élections“, ajoute M. Mende.

politico

L‘Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), principal parti de l’opposition en République démocratique du Congo, a proposé un plan de sortie de crise mettant en place une transition “sans le président Joseph Kabila”, tout en annonçant la tenue des élections au premier trimestre de 2018. La proposition a provoqué un véritable tollé au sein de la classe politique.