Lambert Mende - Transition sans Kabila: “même ceux qui en parlent savent déjà que c’est impossible”

Cadre de la Majorité Présidentielle et porte-parole du gouvernement, le ministre Lambert Mende s’oppose à l’idée d’une transition politique en République démocratique du Congo “sans Kabila”. 

L‘opposition et les organisations de la Société civile appellent à une transition sans le président Kabila en l’absence d’élections avant la fin de l’année en cours comme l’exige l’accord signé le 31 décembre 2016 à Kinshasa.

Pour Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias, cette proposition viole la Constitution, qui n’a nullement prévu de transition à la tête du pays. “Une telle idée ce la veut dire réviser la constitution de la République démocratique du Congo, et donc déjà même ceux qui en parlent savent que c’est impossible“, déclare le ministre joint au téléphone par POLITICO.CD.

“La Constitution ne prévoit pas de transition, il n’y a pas de vide juridique possible. L’éventualité d’un vide juridique appelé transition n’est pas intégré dans la Constitution, et même l’accord du 31 décembre a clairement mentionné qu’un Président de la République en exercice, un député national, un sénateur, un député provincial… restent en fonction jusqu’à l’installation de nouveaux élus“, explique Lambert Mende.

Pour lui, l’opposition n’a pas qualité de réviser la Constitution à elle-seule. “Nous ne considérons pas ces déclarations comme sérieuses qui pourraient même faire l’objet de l’élaboration d’une certaine réponse“, ajoute-t-il.

politico

Cadre de la Majorité Présidentielle et porte-parole du gouvernement, le ministre Lambert Mende s’oppose à l’idée d’une transition politique en République démocratique du Congo “sans Kabila”.