“L’interdiction des passeports semi-biométriques va à l’encontre des principes de l’ONU”

La mesure gouvernementale portant invalidation des passeports semi-biométriques d’ici le 16 octobre est battue en brèche par l’Organisation de défense des consommateurs de la République démocratique du Congo (ODC).

Pour l’organisation de défense des droits des consommateurs congolais, cette mesure viole les droits fondamentaux du consommateur, notamment le droit d’être entendu qui veut que les intérêts des consommateurs soient pris en compte dans la conception et l’exécution de la politique gouvernementale ainsi que dans le développement des produits et services.

La LDC recommande à l’Exécutif congolais de s’inspirer des principes directeurs des Nations unies pour la protection des consommateurs et d’accorder aux consommateurs visés par cette décision un délai d’au moins six mois et des mesures d’exemption quant aux frais à payer pour l(obtention du passeport biométrique.

Pour Eric Tshibangu, président de l’Organisation de défense des consommateurs, avec cette mesure, les intérêts des détenteurs des passeports qui sont consommateurs ne sont pas pris en compte. Enfin de compte, cette mesure du gouvernement qui vise à retirer le passeport entre les mains des compatriotes qui reviennent de l’étranger porte entrave à la liberté de circulation des citoyens, consommateurs congolais.

« Il y a quelque temps, le gouvernement a mis en vente les passeports semi-biométriques à un prix très fort. Nous dénonçons le silence qui entoure les frais perçus antérieurement par ce gouvernement dans la vente de ces passeports qui ont encore cours de validité. Dans les meilleurs de cas, le gouvernement ferait mieux de prendre des mesures d’exemption partielle ou totale sur les frais d’obtention du passeport biométrique. Nous demandons au gouvernement de s’inspirer des principes directeurs des Nations unies sur la protection du consommateur en prenant en considération la situation économique du moment et le besoin de consommateur, surtout en ayant à l’esprit le coût standard des passeports. Partout ailleurs, un passeport biométrique coûte entre 40 à 60 dollars alors qu’en RDC, ce document revient à 250 dollars US. Nous demandons au gouvernement de prendre des mesures d’exemption, soit de dire aux Congolais que les détenteurs des passeports payent un modique somme, soit qu’ils l’obtiennent gratuitement puisqu’ils ont déjà payé pour ce passeport qui a encore cours légal», a-t-il déclaré en substance.

Il s’agira, dans ces conditions, de procéder à un échange car, croit-on savoir à l’ODC, si la motivation est d’ordre sécuritaire, cela n’empêcherait d’accorder un délai raisonnable de six mois.

A.K.

La mesure gouvernementale portant invalidation des passeports semi-biométriques d’ici le 16 octobre est battue en brèche par l’Organisation de défense des consommateurs de la République démocratique du Congo (ODC).