Mende : Katumbi est “fugitif” qui doit retourner au pays pour “régler ces problèmes avec la justice”

Dans une interview au journal Afrique de France 24, le ministre congolais de la Communication et des Médias, Lambert Mende a appelé l’opposant Moïse Katumbi à revenir au pays, le qualifiant de “fugitif”.

Une fois de plus, Moïse Katumbi, en exil depuis plus d’un an, a annoncé son “retour imminent” au pays. “Je suis en train de préparer mon retour“, dit-il durant une interview ce mardi à la chaîne de télévision française France24. Le leader du G7, candidat à la Présidentielle affirme qu’il est de son devoir de “sauver un peuple qui est en train de souffrir. ”

L’opposant Moïse Katumbi a également menacé de faire appel à la rue pour “chasser” le président Joseph Kabila du pouvoir. L’opposant congolais promet, une fois de plus, son retour imminent au pays. Une situation qui agace le ministre Lambert Mende, également Porte-parole du gouvernement.

“Monsieur Moïse Katumbi a beaucoup de casquettes maintenant, au point qu’il est difficile de lire à quel titre il dit cela. Nous avons Monsieur Katumbi. qui est un prévenu qui a rompu l’engagement qu’il a pris auprès de la justice de Lumumbashi, de revenir après ses soins médicaux. Nous avons la casquette de Monsieur Katumbi, condamné dans une affaire de droit commun, fugitif, et puis nous avons Monsieur Katumbi opposant de vingt-cinquième heure et candidat Président de la République“, fait remarquer le ministre congolais.

Katumbi se fait attendre à Kinshasa

Le 16 juin dernier, l’ancien gouverneur du Katanga a rendu publique une lettre du Comité des Droits de l’homme de l’ONU adressée à l’un de ses avocats.  Dans cette correspondance du 15 juin, l’organe de l’ONU affirme prendre en compte la plainte déposée par ce dernier contre l’Etat congolais, tout en demandant aux autorités congolaises de sécuriser son retour au pays.

Dans la foulée, l’opposant congolais annonce son retour «imminent», «le temps de faire mes valises et je rentre», dit-il à la presse en souriant. Contre toute attente, le gouvernement congolais, qui a contraint l’opposant à l’exil et s’est longtemps opposé à son retour, change de ton. Le 19 juin, le ministre congolais de la justice, Alexis Thambwe affirme même que Moïse Katumbi était libre de regagner le pays.

«Nous avons reçu une note sur son cas du Comité des droits de l’homme de l’ONU, avec des mesures provisoires. Monsieur Katumbi n’a pas un problème avec le Président, ni avec le gouvernement. Il peut rentrer au Congo quand il veut», a dit M. Thambwe.

Le lendemain, le Procureur Général de la République, Floribert Kabange enfonce le clou. Dans une lettre adressée à l’avocat de Moïse Katumbi, Me Jean Joseph Mukendi, et datée du 20 juin 2017, le PGR annonce retirer à l’ex-gouverneur du Katanga l’autorisation de séjourner à l’étranger pour de raison médicales.

Etrangement, c’est du côté de Moïse Katumbi que l’on apprécie peu cette convocation à se présenter devant la justice. «C’est encore un nouveau piège que concoctent les sbires du pouvoir», confie un proche de l’opposant congolais.   Une thèse que confirme l’intéressé. “Je voudrais rentrer en toute sécurité parce que en face, on a un Etat sanguinaire“, justifie-t-il avant d’ajouter: “Je n’ai pas peur d’être tué, si jamais peur d’être tué, je n’allais pas me lancer en politique.”

Pour Lambert Mende, Moïse Katumbi doit revenir au pays pour régler ses problèmes avec la justice. “Je pense que Monsieur Katumbi doit rentrer en République démocratique du Congo comme il en avait pris l’engagement auprès du Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi pour régler ses problèmes avec la justice” dit le ministre congolais.

politico

Dans une interview au journal Afrique de France 24, le ministre congolais de la Communication et des Médias, Lambert Mende a appelé l’opposant Moïse Katumbi à revenir au pays, le qualifiant de “fugitif”.