Monusco : Il n’y a pas d’autres alternatives que le respect de l’accord du 31 décembre

Le porte-parole de la Monusco a insisté ce mercredi 27 septembre 2017 en conférence de presse qu’il n y a pas d’autres alternatives que le respect de l’accord du 31 décembre pour sortir la RDC de la crise.

«La monusco continue à demander au gouvernement et aux acteurs politiques de s’engager pour le respect de l’accord du 31 décembre, c’est l’accord du 31 décembre qui reste la feuille de route pour la Monusco. Cet accord doit nous amener aux élections(…) La RDC vient de loin et il est temps que ce pays puisse vivre la paix. Les nations unies vont soutenir les efforts du gouvernement pour la tenue des élections», a dit Fabienne Pompey, porte-parole de la Monusco répondant à une question sur l’impossibilité déclarée de la Cenco de parrainer un éventuel troisième dialogue.

Monseigneur Marcel Utembi Tapa, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), a affirmé que son institution n’est pas prête à piloter un éventuel 3e dialogue.

«Nous sommes logiques et cohérents envers nous-mêmes. L’Accord du 31 décembre souffre de sa mise en œuvre à 90%. Nous ne pouvons pas piloter un 3e dialogue alors que le précédent n’est pas appliqué», a dit Monseigneur Utembi. au cours d’une conférence de presse au siège du Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) le mardi 26 septembre dernier à Bruxelles.

Stanys Bujakera Tshiamala

Le porte-parole de la Monusco a insisté ce mercredi 27 septembre 2017 en conférence de presse qu’il n y a pas d’autres alternatives que le respect de l’accord du 31 décembre pour sortir la RDC de la crise.