Alain Atundu : "L’ONU devra tenir compte du point de vue des dirigeants de la RDC"

Face au refus du secrétaire général des Nations-Unies de procéder à la réduction des effectifs de la Monusco en République démocratique du Congo, le porte-parole de la Majorité présidentielle (MP), André Alain Atundu Liongo, pense que « l’ONU devra tenir compte du point de vue des dirigeants de la RDC ».

Joint par RFI ce jeudi 5 octobre, il estime que "les préoccupations du secrétaire général sont certainement légitimes en fonction de leur rôle actuel".

Pour lui, « Ils (militaires de l’Onu) doivent être performants pour aider le gouvernement de la République à stabiliser la situation. Donc, pour nous, ça n’a aucune incidence sur les projections faites par le président de la République ».

Rappelons que Joseph Kabila avait insisté, le 23 septembre 2017, du haut de la tribune de l’ONU, sur les discussions pour une réduction des effectifs de la Monusco qui est la plus importante mission des Nations-Unies actuellement au monde.

RFI / Times / MCN

Face au refus du secrétaire général des Nations-Unies de procéder à la réduction des effectifs de la Monusco en République démocratique du Congo, le porte-parole de la Majorité présidentielle (MP), André Alain Atundu Liongo, pense que « l’ONU devra tenir compte du point de vue des dirigeants de la RDC ».