Des sénateurs américains appellent Donald Trump à prendre des nouvelles sanctions sur la RDC

Un groupe de sénateurs des Etats-Unis ont de nouveau écrit une lettre au président américain Donald Trump pour attirer son attention sur la crise politique en République démocratique du Congo, le pressant d’intervenir.

Les Sénateurs américains Elisabeth Warren, Edward Markey, Cory Booker, Richard Durdin, Benjamin Cardin, Christopher Coons et Sherrod Brown, tous démocrates, ont envoyé une lettre au président Donald Trump en date du mardi 3 octobre, lui demandant intervenir pour aider à mettre fin à la crise politique et sécuritaire en République démocratique du Congo “Nous demandons que vous utilisiez tous les outils disponibles pour faire face à des crises politiques, de sécurité et humanitaires de plus en plus inquiétantes“, disent-ils.

“La décision du président Joseph Kabila de rester au pouvoir après la fin de son mandat constitutionnel en 2016 a jeté le pays dans un chaos politique”, accusent-ils.  L’accord du 31 décembre entre la majorité présidentielle et une coalition de partis d’opposition politique négocié par la Conférence nationale des évêques congolais comprenait l’engagement de tenir des élections d’ici la fin de cette année. Cependant, le président Kabila n’a pas réussi à mettre en œuvre ses termes clés de bonne foi: organiser un gouvernement de transition inclusif, déposer des accusations contre des prisonniers politiques, débloquer les médias, soutenir un conseil crédible et indépendant pour superviser la mise en œuvre de l’accord. Le chef de la commission électorale nationale a déclaré publiquement en juillet que les élections d’ici la fin de l’année ne sont pas réalisables”, relatent ces sénateurs démocrates, dans leur lettre dont à copie a été envoyée au Secrétaire d’Etat Rex Tillerson, ou encore à Steven Mnuchin, Secrétaire du Trésor et Nikki Haley, Ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU.

En juin 2016, les États-Unis ont prononcé des sanctions ciblées à l’encontre de l’ancien chef de la police de Kinshasa, le Gén. Célestin Kanyama, et en septembre, à l’encontre du Gén. Gabriel Amisi Kumba, commandant de l’armée dans la région occidentale du pays, et de l’ancien inspecteur de la police John Numbi. En décembre, les États-Unis ont élargi les sanctions visant également Évariste Boshab, qui était alors ministre de l’Intérieur, et Kalev Mutondo, chef des services de renseignements.

Dans leur lettre, les sénateurs américains affirment qu’au regard de la situation en RDC, “d’autres actions sont nécessaires.”

“Si le gouvernement continue de refuser de mettre en œuvre l’esprit et la lettre de l’accord, les États-Unis devraient utiliser les moyens dont nous disposons, y compris les désignations de sanctions en vertu de l’ordonnance exécutive 13671 sur la RDC, des règlements anti-blanchiment et des outils supplémentaires disponibles dans le cadre du Global Magnitsky Act – pour affecter le calcul des individus qui ont une forte influence sur le président Kabila pour l’exhorter à changer de cap“, disent-il.

politico

Un groupe de sénateurs des Etats-Unis ont de nouveau écrit une lettre au président américain Donald Trump pour attirer son attention sur la crise politique en République démocratique du Congo, le pressant d’intervenir.