Enseignement supérieur : le mouvement de grève persiste

Les professeurs d’universités de la RDC ont décidé, le 2 octobre, de poursuivre leur mouvement de grève. Par la voix de l’un de leurs mouvements syndicaux, le Syndicat des professeurs d’universités du Congo (SPUC), l’État congolais n’a toujours pas trouvé de solution aux revendications des professeurs.

Pour le secrétaire général de ce syndicat, David Lubo, il était anormal que « l’État congolais ne soit pas en mesure de payer les professeurs au taux budgétaire alors qu’il applique ce taux dans la perception des impôts et taxes ».

Les professeurs, note-t-on, réclament le paiement de leur salaire au taux du jour de 1 600 francs congolais (FC) pour un dollar américain (USD), alors que maintenant, ils sont payés au taux de 920 FC pour 1USD. « Les taxes et impôts sont perçus au taux de 1 600 FC, ce qu’on appelle le francs fiscal. Mais de quel droit le gouvernement, qui perçoit les impôts et taxes au taux de 1 600 FC, doit nous payer au taux de 920FC ?», s'est interrogé David Lubo sur les ondes de radiooakpi.net.

Des solutions seraient en vue

De l’autre côté, on indique que le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi, vient de présider, le 3 octobre, une réunion préparatoire des négociations des professeurs avec le gouvernement pour trouver une solution. La rencontre a mis autour du ministre tous les présidents des associations des professeurs des établissements de l’enseignement supérieur.

Selon des sources proches du ministère de l’ESU, ensemble, ils ont défini le format et autres préalables pour les représentants des professeurs aux négociations prévues avec le gouvernement par le Premier ministre. Cette démarche, note-t-on, a été proposée par le ministre Steve Mbikayi et adoptée au dernier conseil des ministres présidé par le chef de l'État. Saluant la bonne foi des professeurs, Steve Mbikayi leur a aussi rassuré de la bonne foi du gouvernement, qui tient à répondre à certaines revendications légitimes de ces enseignants du supérieur.

Adiac Congo / RO / MCN

Les professeurs d’universités de la RDC ont décidé, le 2 octobre, de poursuivre leur mouvement de grève. Par la voix de l’un de leurs mouvements syndicaux, le Syndicat des professeurs d’universités du Congo (SPUC), l’État congolais n’a toujours pas trouvé de solution aux revendications des professeurs.