La présidente de la Ligue des femmes du parti de Kamerhe démissionne

Mamie Kanku, présidente de la Ligue des femmes de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), annonce sa démission ce vendredi 20 octobre, dans une lettre adressée au président de son parti, l’opposant Vital Kamerhe. 

«Tout ce qui est fait sans conviction, se fait sans motivation. Et je n’ai plus aucune conviction en l’UNC. Au regard de cette situation et bien d’autres qu’il n’est pas nécessaire d’énumérer ici, je viens très respectueusement auprès de votre Haute bienveillance, vous annoncer ma démission de mes fonctions et mon retrait de l’Union pour la Nation Congolaise“, explique-t-elle dans cette lettre publiée sur son compte twitter.

Mme Kanku, fervente partisane de l’opposant Vital Kamerhe, avait pris ses distances avec ce parti de l’opposition ces derniers jours. Des références à l’UNC ont été systématiquement retirées de son compte Twitter depuis.

A l’UNC, on confirme la nouvelle, tout en affirmant ne pas “tenir rancune” de ce départ. “C’est la vie de partis politiques en RDC. Des gens viennent et nous quittent. Mais le parti et ses convictions restent, incarnés par notre président national Vital Kamerhe, qui est plus que jamais au service du peuple“, réagit un cadre du parti qui a requis l’anonymat.

“Nous ne pouvons que lui souhaiter bon vent, du fait de sans sincérité et de ses capacités indiscutables“, ajoute-t-il.

L’UNC ne veut pourtant pas y voir une perte insurmontable. “Nous sommes en pleine restructuration dans l’objectif de nous préparer pour les élections. Le peuple est avec nous, d’autres leaders vont émerger pour occuper les fonctions vacantes. Nous sommes plus que jamais déterminés à mener le peuple vers la démocratie et le développement“, ajoute-t-il.

Troisième à la présidentielle de 2011, Vital Kamerhe fait face à plusieurs départs d’envergures au sein de son parti. Ses Secrétaires généraux ou encore des responsables haut placés ont tour à tour claqué la porte.

Dans une déclaration publiée ce lundi après-midi, le parti de Vital Kamerhe a rejeté l’annonce du président de la CENI, Corneille Nangaa, qui affirme qu’il n’y aurait pas d’élections avant au moins avril 2019.

Il a par ailleurs appelé “les forces politiques et sociales d’adopter un plan d’actions commun pour mobiliser notre peuple à réclamer son droit de se Choisir ses dirigeants, en application de l’article 64 de la Constitution afin de faire échec aux stratagèmes du régime en place tendant à instaurer une présidence à vie dans notre pays.”

politico

Mamie Kanku, présidente de la Ligue des femmes de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), annonce sa démission ce vendredi 20 octobre, dans une lettre adressée au président de son parti, l’opposant Vital Kamerhe.