Lokondo à She Okitundu: “annulez cette décision sans autre forme de procès”

Des députés nationaux ont intervenu tour à tour  pour majoritairement exprimer leur desapprobation de la décision du gouvernement d’interdire les passports électorique, dits semi-biométrique en RDC. Parmi eux, l’élu de Mbandaka, le député Henry Thomas Lokondo, membre de la Majorité Présidenteille, qui a par exemple souligné que le communiqué signé par le vice-ministre ne parle pas de la décision du Gouvernement, ni de la décision du Conseil des ministres.

« Donc, il y a rien… Je crois, comme le Président de la République s’est intéressé à ce problème, le Gouvernement a l’obligation de ramener les choses à leur juste dimension. Laissez les choses à l’état actuel. On verra après. Dites au Président la vérité et annulez-nous cette décision qui d’ailleurs n’existe même pas. Le communiqué du vice-ministre ne peut pas avoir valeur d’une décision du Conseil des ministres ou du Gouvernement. Donc, annulez cette décision sans autre forme de procès », a-t-il déclaré dans son intervention.

Invité à s’expliquer devant l’Assemblée nationale ce lundi à Kinshasa, le vice-Premier ministre et ministre congolais Affaires étrangères a annoncé de mesures d’assoupissement de la décision d’interdire les passeports semi-biométrique en République démocratique du Congo.

Léonard She Okitundu a annoncé plusieurs mesures notamment le report de l’interdiction initialement prévue au 16 octobre 2016, pour le 14 janvier 2018. Par ailleurs, les détenteurs passeports dits semi-biométriques dont la validité court entre 2018 et 2019 bénéficieront pourront payer 100 $ pour acquérir le passeport biométrique, au lieu de 185 $.

politico

Des députés nationaux ont intervenu tour à tour pour majoritairement exprimer leur desapprobation de la décision du gouvernement d’interdire les passports électorique, dits semi-biométrique en RDC. Parmi eux, l’élu de Mbandaka, le député Henry Thomas Lokondo, membre de la Majorité Présidenteille, qui a par exemple souligné que le communiqué signé par le vice-ministre ne parle pas de la décision du Gouvernement, ni de la décision du Conseil des ministres.