Nikki Haley « satisfaite » du tête-à-tête avec Kabila , selon She Okitundu

Léonard She Okitundu, ministre des affaires étrangères, est resté protocolaire dans son résumé du tête-à-tête entre Joseph Kabila et Nikki Haley ce vendredi 27 octobre 2017 au Palais de la Nation. Il s’est contenté de reprendre les grande lignes de la rencontre. Dans son adresse à la presse, aucune allusion n’a été faite au souhait de l’émissaire des USA d’organiser les élections en 2018.

«Le Président Trump a voulu se renseigner à la source sur ce qui se passe réellement en RDC. Quand j’ai rencontré Mme Haley, nous avons discuté des termes de référence de la rencontre: l’évolution de la situation politique, le processus électoral, la situation sécuritaire et la problématique du redéploiement de la Monusco. Comme vous savez, les USA sont pour le redimensionnement de cette force qui paraît gigantesque. Le tête-à-tête a duré deux heures. Au sortir de cet entretien, elle a déclaré qu’elle était satisfaite de la rencontre », a simplement dit She Okitundu.

La rencontre avec le président Kabila a bouclé la mission de la diplomate américaine en RDC. Nikki Haley s’est rendue au Nord-Kivu où elle y a visité le camp,des déplacés de Mungote à Kitshanga (Territoire de Masisi).

Bien avant de rencontrer le président de l’assemblée nationale également secrétaire général de la MP, Nikki a s’est entretenue avec la Cenco et l’Opposition.

actualite.cd

Vous recherchez Une Maison, Une Voiture, Un Téléphone, Un Ordinateur à acheter ou vous voulez vendre Votre Maison, Votre Voiture, Votre Téléphone, Votre Ordinateur etc... Téléchargez l'application "SOMBATEKA" sur Google Play en cliquant sur ce lien https://play.google.com/store/apps/details?id=com.sombateka

Léonard She Okitundu, ministre des affaires étrangères, est resté protocolaire dans son résumé du tête-à-tête entre Joseph Kabila et Nikki Haley ce vendredi 27 octobre 2017 au Palais de la Nation. Il s’est contenté de reprendre les grande lignes de la rencontre. Dans son adresse à la presse, aucune allusion n’a été faite au souhait de l’émissaire des USA d’organiser les élections en 2018.