Olenghankoy affirme que ni la police, ni les autorités n’ont répondu à ses appels durant l’attaque de sa résidence

Le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy est revenu sur l’attaque de sa résidence à Kinshasa, lundi matin.

La résidence de Joseph Olenghankoy dans le quartier Binza, dans l’Ouest de Kinshasa, a été visitée par des hommes armés lundi matin, tirant deux balles sur le portail. Le président du CNSA n’était néanmoins pas sur place. « Les hommes étaient encagoulés, explique-t-il à Jeune Afrique. Ils ont tiré sur le portail pour essayer de le forcer. Cela a duré jusque 3h45 du matin ».

« Pendant l’attaque, j’ai essayé d’appeler toutes les autorités, poursuit-il. Personne ne répondait. Cela a pris beaucoup de temps avant que j’arrive à joindre le ministre de l’Intérieur [Ramazani Shadary]“, clame-t-il dans cette interview diffsuée ce jeudi par Jeune Afrique.

“Les forces de l’ordre ne sont pas intervenues. Les assaillants sont partis d’eux-mêmes. Pourtant, il y a un commissariat de police à 150 mètres de mon domicile!” ajoute-t-il.

Côté policier, renseigne Jeune Afrique, on reconnaît que l’intervention n’a eu lieu que « deux ou trois heures » après le début de l’attaque, lorsque les assaillants étaient déjà repartis. « Mais le sous-CIAT n’avait pas d’effectifs suffisants pour intervenir », se justifie le colonel Mwanamputu, porte-parole de la police, cité par le média panafricain.

politico

Le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy est revenu sur l’attaque de sa résidence à Kinshasa, lundi matin.