Passeports semi-biométriques: retour partiel en arrière

Interpellé par le député de Walikale (Nord-Kivu) Juvénal Munubo (opposition), le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a fait partiellement marche arrière, lundi soir, à Kinshasa. Il a prolongé la durée de validité des passeports en reportant leur annulation au 14 janvier 2018 plutôt qu’au 16 octobre 2017 comme annoncé il y a quinze jours. Une demi-mesure qui ne satisfait « pas du tout » le député Munubo.

Alors que le tollé est général en RD Congo, devant l’annonce de l’annulation des passeports en cours de validité pour obliger leur détenteur à s’en procurer un nouveau, le ministre a également annoncé que les détenteurs de passeports dits « semi-biométriques » dont la validité court entre 2018 et 2019 bénéficieront d’un rabais de 85 dollars sur le prix du nouveau passeport, soit 100 dollars au lieu de 185. Il faut rappeler que ce prix est officiel mais sans commune mesure avec ce que doivent en réalité débourser les Congolais pour obtenir le document et qui se situe autour de 300 dollars.

« Insinuations infondées »

« Je ne suis pas du tout satisfait des mesures d’assouplissement que vient d’annoncer le ministre She Okitundu », a déclaré le député Munubo à La Libre Afrique. « Je vois Ie préjudice énorme que cette décision cause aux Congolais (étudiants, chercheurs, commerçants et personnes malades…). J’attends le retrait de cette mesure, pas autre chose ».

La colère face à l’obligation de remplacer des passeports en cours de validité – ainsi que les permis de conduire – , qualifiée de « rançonnement » par de nombreux Congolais, a été encore attisée par un communiqué européen de vendredi dernier. Les Etats membres de la zone Schengen y informaient en effet, « suite à des insinuations infondées », que « les passeports semi-biométriques congolais ont toujours été acceptés en espace Schengen, tout comme les passeports biométriques depuis la fin 2015 ».

En annonçant la mesure, les autorités congolaises avaient en effet laissé entendre que la décision d’annuler les passeports en cours de validité était liée au refus de « puissances » étrangères d’accepter que circulent simultanément deux types de passeport congolais.

Le communiqué européen enfonce le clou en précisant que « dans l’espace Schengen même circulent également des passeports électroniques (appelés semi-biométriques en RDC) et biométriques » sans aucun problème. Et d’ajouter que la décision européenne de ne plus apposer de visa sur les passeports semi-biométriques congolais « résulte exclusivement » de la décision d’annulation congolaise, parce qu’un visa ne peut être apposé que sur un passeport ayant encore au moins trois mois de validité.

Marie-France Cros

Interpellé par le député de Walikale (Nord-Kivu) Juvénal Munubo (opposition), le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a fait partiellement marche arrière, lundi soir, à Kinshasa. Il a prolongé la durée de validité des passeports en reportant leur annulation au 14 janvier 2018 plutôt qu’au 16 octobre 2017 comme annoncé il y a quinze jours. Une demi-mesure qui ne satisfait « pas du tout » le député Munubo.