RDC : la Nouvelle société civile exige la démission des acteurs de la CENI

La Nouvelle société civile congolaise exige la démissionne des leaders actuels de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Son coordonnateur national, Jonas Tshiombela, l’a affirmé vendredi 13 octobre à Radio Okapi, depuis Bruxelles où il est en mission.

D’après lui, les 504 jours dont a besoin la CENI pour la tenue des élections, n’est qu’un prétexte pour retarder davantage l’organisation des élections, de connivence avec le pouvoir.

«Nous demandons le départ immédiat du leadership de la CENI. Nous pensons que la CENI ne travaille plus pour qu’on ait les élections. Elle s’est alignée sur une position partisane de la coalition au pouvoir, comme de CNSA, et elle cesse d’être une institution d’appui à la démocratie indépendante et sa crédibilité devient un problème», a fait savoir Jonas Tshiombela.

Lors de sa rencontre mardi 10 octobre avec les organisations de la société civile, la CENI a estimé qu’il lui faudrait cinq cent quatre jours, après la fin de l’opération de révision du fichier électoral, pour organiser les élections en République démocratique du Congo.

«Pourquoi nous annoncer autant de jours sans nous donner le calendrier qui planifie cette série d’activités qui les ont poussé à nous dire qu’ils ne peuvent organiser les élections à autant de jours ?» s’interroge Jonas Tshiombela.

Pour lui, la CENI a «déclaré la guerre à l’opinion qui croit aux élections dans le pays.»

«La présence des animateurs de la CENI devient sujet à caution et hypothétique. Elle devient elle-même un problème à côté des problème que nous avons déjà», a dénoncé le président de la Nouvelle société civile congolaise.

radio okapi

La Nouvelle société civile congolaise exige la démissionne des leaders actuels de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Son coordonnateur national, Jonas Tshiombela, l’a affirmé vendredi 13 octobre à Radio Okapi, depuis Bruxelles où il est en mission.