Samy Badibanga et les siens célèbrent l'accord du 18 octobre 2016

En ce moment où le compromis de la Cenco a conduit au blocage, des sources proches du Premier ministre honoraire annoncent pour bientôt la tenue d’une grande conférence afin de rappeler les acquis du deal de la cité de l’UA. 

Ce mercredi 18 octobre 2017, cela fait exactement une année qu’était signé l’Accord du 18 octobre 2016 à la cité de l’Union africaine. Officié par l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, facilitateur désigné par l’Union africaine, cet accord avait pour but de trouver les voies et moyens d’organiser une transition dans la mesure où il était clairement évident que les élections prévues par la Constitution ne seront pas organisées à fin-décembre 2016. 

Il importe de rappeler que, à cette époque, deux camps s’opposaient au sein de l’opposition. D’un côté, les organisateurs des « Trois glorieuses » - les manifestations du 19 au 21 janvier 2015 qui avaient fait reculer le pouvoir lors du vote du projet de loi électorale - à savoir le groupe parlementaire UDPS et Alliés conduit par Samy Badibanga, l’UNC de Vital Kamerhe, et d’autres partis tels que la CDER de Jean-Lucien Bussa, l’ATD de José Makila, le CPR de Fidèle Tingombay et bien d’autres. Pour ce groupe, il était impérieux de trouver une solution négociée par un dialogue franc et sincère. 

De l’autre côté, il y avait le Rassemblement, unissant l’UDPS et les Katumbistes du G7, de l’AR et de la Dynamique de l’opposition. Pour ce groupe, il n’était pas question de négocier pour partager le pouvoir avec le pouvoir du président Kabila. Leur stratégie consistait à renverser violemment le régime par les manifestations de rue. Quiconque faisait le choix du Dialogue avec le pouvoir afin de trouver ensemble les voies et moyens de sortie de la crise politique était catalogué de traître assoiffé de pouvoir et favorisant le glissement du président de la République à la tête de l’Etat. 

Aussi, le 13 septembre 2016, alors que le Dialogue de la Cité de l’Union africaine arrivait à la deuxième semaine de travaux, le Rassemblement organisa une marche de protestation dénommée « carton jaune », promettant d’achever le régime avec une ultime manifestation appelée « carton rouge ». Il y eut de nombreuses casses et de nombreux morts. Curieusement, le carton rouge ne vint jamais. Bien au contraire, ceux qui l’avaient promis ont finalement jeté aux orties leur décision de renverser le pouvoir par la rue, avant de venir, à leur tour, dialoguer avec le même pouvoir. Avec un objectif bien en tête : ravir la Primature à l’Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre. L’histoire ne dit pas s’ils sont devenus, à leur tour, des traîtres assoiffés de pouvoir favorisant le « glissement » du Président de la République à la tête de l’Etat. 

Il reste qu’il est clair aujourd’hui que la date, visiblement irréaliste, fixée pour organiser les élections en décembre 2017 ne sera pas tenue. Ce qui implique l’échec de l’Accord de la saint Sylvestre. Avec le recul, on peut se rendre à l’évidence : le Dialogue de la cité de l’UA a été plus réaliste dans la fixation de la date des élections et le détail du processus. Ce qui aurait permis un meilleur suivi.

Malheureusement, le gouvernement sorti de cet accord n’a pas duré aux affaires. Le leader de la composante opposition sorti du dialogue de la cité de l’UA, l’ancien Premier ministre Samy Badibanga, a fait alors preuve de patriotisme et d’une grande sportivité en se retirant afin de permettre l’application du second accord, celui signé à la Cenco. A ce jour, la majorité des signataires de l’accord du 18 octobre sont alignés derrière lui afin de constituer un courant progressiste susceptible d’articuler un discours cohérent et sans fioritures, un discours sans populisme flamboyant mais responsable. 

En ce moment où l’Accord de la CENCO a conduit au blocage, des sources proches de Samy Badibanga annoncent pour bientôt la tenue d’une grande conférence afin de rappeler les acquis de l’accord de la cité de l’UA.

BM
Forum des As

En ce moment où le compromis de la Cenco a conduit au blocage, des sources proches du Premier ministre honoraire annoncent pour bientôt la tenue d’une grande conférence afin de rappeler les acquis du deal de la cité de l’UA.