Un mémo «je veux un nouveau président» pour Nikki Haley

Des jeunes du mouvement « Telema Ekoki » engagés dans la campagne dénommée « Je veux un nouveau président » ont été interpellés, mercredi 18 octobre à la mi-journée devant l’ambassade des Etats-Unis, à Kinshasa.

Ils se sont retrouvés à la chancellerie américaine pour y déposer un mémorandum à l’attention  de Nikki Haley, représentante des Etats-Unis d’Amérique aux Nations unies, dont la visite en RDC est annoncée pour le 21 octobre.

En fait, les membres du mouvement politico-citoyen « Telema Ekoki », (entendez : Stop, c’en est fini ! »), opposent au maintien de l’actuel chef de l’Etat à la tête du pays au terme de son deuxième et dernier mandat constitutionnel.

En dépit du fait qu’ils ont réussi à déposer leur document entre les mains de Mme Elisabeth E. Jaffee, responsable des Affaires politiques à la représentation diplomatique américaine, ces jeunes ont été dispersés sans ménagement par des éléments de la police déployés sur les lieux. Des interpellations ont été même opérées parmi les manifestants. M. Cédric Mituntwa, membre de la coordination de ce mouvement, a dû se réfugier dans les locaux de la chancellerie pour échapper à la razzia. Dans cet excès de zèle, les éléments de la police ont arraché et emporté la caméra de l’agence 2ème Œil de communication.

Le mouvement « Telema Ekoki » en appelle au soutien de l’ambassadrice Nikki Haley au peuple congolais au nom du principe d’ingérence humanitaire, afin que la RDC puisse devenir, enfin, un Etat de droit, une vraie démocratie où le principe de l’alternance démocratique est respecté. « Notre mouvement vous demande d’être l’ambassadrice du peuple congolais auprès du président Donald Trump et auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, pour qu’ils soutiennent ce peuple meurtri, appelé bientôt à se mobiliser contre un système d’asservissement et une armée au service des intérêts d’un individu qui continue à humilier tout un peuple… ».

« Nous voulons un président maintenant », est une campagne qui revendique le rôle actif du souverain primaire. « Nous voulons un président maintenant, parce que l’actuel, illégal et illégitime, prive le peuple congolais, et plus particulièrement la jeunesse, de toute opportunité et de tout espoir d’un futur meilleur. Nous ne voulons pas nous accommoder de la médiocrité des dirigeants actuels, dont le seul souci est l’enrichissement personnel au détriment du développement de toute une nation », lit-on dans le document.

politico

Des jeunes du mouvement « Telema Ekoki » engagés dans la campagne dénommée « Je veux un nouveau président » ont été interpellés, mercredi 18 octobre à la mi-journée devant l’ambassade des Etats-Unis, à Kinshasa.