Vers un nouveau contrat social entre l'Etat et les fonctionnaires de l'Administration publique

Selon le ministre d’Etat en charge de la Fonction publique, Michel Bongongo, ces assises sont une occasion pour l’Exécutif et le banc syndical de procéder à une évaluation sans complaisance du chemin parcouru dans la lutte contre la précarité... 

Le Premier ministre Bruno Tshibala a lancé, hier lundi 2 octobre, les travaux de la commission paritaire Gouvernement-Intersyndicale Nationale de l’Administration publique (INAP) pour l’élaboration d’une grille uniforme des salaires des agents et fonctionnaires de l’Etat.

Pour le Premier ministre, au-delà de ces travaux sur les préoccupations de carrière, les salaires et les conditions de travail, il s’agit pour lui de "conclure un nouveau pacte social entre l’Etat et ses fonctionnaires pour la refondation de l’un des piliers majeurs de l’Etat congolais à savoir l’Administration publique." Bruno Tshibala affirme que "le développement économique et social de la RDC passe impérativement par la modernisation et l’efficacité de son administration publique qui doit devenir une administration de développement " 
A cette occasion, il a lancé un appel pathétique à tous les fonctionnaires de l’Etat à faire preuve de patriotisme et de sacrifice en vue de faciliter la réussite des mesures économiques urgentes que le Gouvernement va vulgariser dès ce mardi 3 octobre via l’Administration publique. 

Mais, insiste le chef de l’Exécutif, "il est important de souligner que la construction de l’Administration publique moderne et efficace au service de l’intérêt général dans notre pays, passe aussi impérativement par l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires de l’Etat. Un fonctionnaire de l’Etat mieux formé, mieux éduqué et mieux entretenu est la première et la plus grande richesse que l’Etat doit avoir. Ce, en vue d’assurer avec succès la réalisation efficace de ses objectifs économiques de développement". 

Attaché au social, le Premier ministre Bruno Tshibala a indiqué que les fonctionnaires de l’Etat ont la chance d’avoir à la tête du Gouvernement un ardent défenseur de la justice sociale et de l’amélioration de leurs conditions de vie.

UNE DEMARCHE INSPIREE DE LA REVOLUTION DE LA MODERNITE PRONEE PAR LE RAIS

Le ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo a indiqué que dans le cadre de la vision de la modernité prônée par le Président de la République, Joseph Kabila, le ministère de la Fonction publique mène depuis 2012, sous la coordination du Premier ministre, Chef du Gouvernement, une ambitieuse réforme de l’Administration publique rd congolaise. Cette réforme, précise le ministre Bongongo, vise notamment "le renforcement des capacités productives de notre appareil étatique. L’un des axes majeurs de ce renforcement est l’amélioration de la qualité des ressources humaines de l’Administration publique."

Cette amélioration, fait remarquer le ministre d’Etat en charge de la Fonction publique, passe inéluctablement par la maîtrise des effectifs et de la masse salariale mais aussi par la mise en place d’une politique salariale compétitive et ambitieuse.

S’agissant de la maîtrise des effectifs, Michel Bongongo a rappelé que le ministère de la Fonction publique, avec l’assistance du cabinet SIMAC, est entrain de mettre en place un système intégré de gestion des ressources et de paie, (SIGRH-Paie). Ce système, dont l’opérationationalisation est suffisamment avancée, sécurisera les effectifs et la paie dans la Fonction publique. Cela, en mettant en interconnexion les ministères et services concernés par la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Il s’agit des ministères de la Fonction publique, du Budget et des Finances ainsi que la Banque Centrale du Congo.

A en croire le ministre de la Fonction publique, ces assises sont pour le gouvernement ainsi que le Banc syndical une occasion de "procéder à une évaluation sans complaisance du chemin parcouru dans la lutte contre la précarité mais aussi et surtout de tracer la trajectoire à suivre pour une amélioration de la qualité de vie des congolais." 

SURPRISE AGREABLE DU BANC SYNDICAL

Le président de l’INAP, Fidèle Kiyangi, a souligné que le Banc syndical de l’AP qui s’échinait à ne pas croire un seul instant à un brin de volonté politique du Gouvernement de conclure un barème définitif s’en trouve plutôt surpris agréablement de la disponibilité, du charisme d’écoute et de finesse politique du Premier ministre qui a décelé promptement la vraie revendication des agents et fonctionnaires que lui a exposée l’INAP lors des dernières négociations. C’est le barème qui constitue, du reste, le point principal, à l’ordre du jour de ces travaux.

Alfert Lukambil

Selon le ministre d’Etat en charge de la Fonction publique, Michel Bongongo, ces assises sont une occasion pour l’Exécutif et le banc syndical de procéder à une évaluation sans complaisance du chemin parcouru dans la lutte contre la précarité...