Assemblée nationale : Les députés de l’opposition lèvent la grève

Les députés de l’opposition ont décidé de reprendre la participation aux plénières de l’Assemblée nationale. Ils disent avoir reçu des garanties de la part d’Aubin Minaku, président de la chambre basse du parlement, que la motion contre Léonard She Okitundu, ministre des affaires étrangères, sera reprogrammée. L’autre raison évoquée est l’importance de l’examen de la révision de la loi électorale.

Les députés de l’opposition avaient boycotté les plénières depuis le 10 octobre. Ils ont à cet effet adressé une lettre ouverte au président Aubin Minaku dans laquelle ils ont soulevé un certain nombre des préalables à leur retour.

«Les députés de l’opposition indiquent au président de l’Assemblée nationale qu’ils ne pourront pas participer aux plénières sans que le bureau de l’Assemblée nationale et son président en particulier ne respectent la constitution et le règlement intérieur. En terme clair, ils ne pourront reprendre leur participation que lorsque ces textes fondamentaux sont respectés et ne souscriront jamais à la violation de ces textes », disaient-ils dans une déclaration commune lue,à l’issue d’une réunion, par le député Christophe Lutundula.

A la base de la crise, les motions incidentielles initiées par le député Zacharie Bababaswe pour barrer la route aux motions de défiance contre les ministres Ramazani Shadary et Thambwe Mwamba.

actualite.cd

Vous recherchez Une Maison, Une Voiture, Un Téléphone, Un Ordinateur à acheter ou vous voulez vendre Votre Maison, Votre Voiture, Votre Téléphone, Votre Ordinateur etc... Téléchargez l'application "SOMBATEKA" sur Google Play en cliquant sur ce lien https://play.google.com/store/apps/details?id=com.sombateka

Les députés de l’opposition ont décidé de reprendre la participation aux plénières de l’Assemblée nationale. Ils disent avoir reçu des garanties de la part d’Aubin Minaku, président de la chambre basse du parlement, que la motion contre Léonard She Okitundu, ministre des affaires étrangères, sera reprogrammée. L’autre raison évoquée est l’importance de l’examen de la révision de la loi électorale.