Assemblée Nationale : la loi électorale modifiée et adoptée sans l'Opposition !

Pari gagné pour la Majorité présidentielle. Malgré la résistance de l’opposition et les multiples appels pour enlever du projet de loi les dispositions controversées, moyennant quelques amendements, la MP a réussi à faire passer l’essentiel de ce qu’elle cherchait. À savoir, la « machine à voter », qui reste maintenue, la caution pour la députation nationale, fixée à 1.600.000 FC pour la députation nationale et 1.000.000 FC pour la députation provinciale. Tandis que, le seuil de représentativité passe, elle, de 3% et à 1%. 

A l'aube de la date fatidique du 31 décembre 2017, une autre crise vient de s'installer au Parlement, et pas de moindre. En effet, les députés nationaux ont adopté, le 4 décembre 2017, vers 23h00, le projet de loi électorale contesté aussi bien par l'Opposition qu'une frange importante des députés de la MP.

Après adoption article par article, 284 députés ont voté pour ce texte, sur les 287 présents dans la salle des Congrès. Un député a voté contre, alors que deux se sont abstenus.

Mais bien avant cela, pendant la journée, les députés de l'Opposition avaient claqué la porte, le compromis n'ayant pas été trouvé sur le seuil de représentativité (1%), la caution ainsi que sur la machine à voter. L'UNC, le MLC et autres UDPS et G7 ont donc boycotté la plénière. C’était la grande crainte de « petits » partis, celle de se voir imposer un seuil, synonyme de leur disparition. En concédant de revoir à la baisse ce seuil, la MP a réussi à conserver sa solidarité et est parvenue à faire passer ce projet de loi pourtant tant décrié.

Après avoir quitté la salle, Jean-Baudoin Mayo de l'UNC a pris la parole au nom de tous les députés de l'Opposition pour dire au peuple congolais que la démocratie est entrain d'être assassinée par ceux qui sont restés dans la salle, tenant la MP pour responsable de ce qui arrivera au pays.

MCN TEAM / Cas-Info / La Prosperité

Pari gagné pour la Majorité présidentielle. Malgré la résistance de l’opposition et les multiples appels pour enlever du projet de loi les dispositions controversées, moyennant quelques amendements, la MP a réussi à faire passer l’essentiel de ce qu’elle cherchait. À savoir, la « machine à voter », qui reste maintenue, la caution pour la députation nationale, fixée à 1.600.000 FC pour la députation nationale et 1.000.000 FC pour la députation provinciale. Tandis que, le seuil de représentativité passe, elle, de 3% et à 1%.