Augustin Kabuya : « Jean Marc Kabund n’a pas tenté de saboter une station-essence »

Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS affirme que Jean-Marc Kabund,  secrétaire général de ce parti ne figurait pas parmi les personnes qui ont tenté de saboter une station-service. L’UDPS réagit ainsi aux propos du porte-parole de la police nationale congolaise au sujet des circonstances de l’arrestation de son secrétaire général, le jour de la marche interdite par le gouvernement provincial de Kinshasa, le 30 novembre.

Pour le porte-parole de l’UDPS, l’arrestation de Jean-Marc Kabund ne s’est pas déroulée dans une zone où se trouvait une station-essence comme l’avait affirmé le porte-parole de la Police nationale.

«J’apporte un démenti formel par rapport à ce que le colonel Mwanamputu avait déclaré sur vos antennes [Radio Okapi] au sujet de l’arrestation et tortures réservées à notre secrétaire général en date du 30 novembre, le jour de la marche. La vidéo de l’arrestation de notre secrétaire général a circulé dans le monde entier et nulle part on a montré là où Jean Marc Kabund tentait de saboter une station-essence. Ce n’est pas ça la philosophie de l’UDPS», affirme Augustin Kabuya.

La Police nationale congolaise avait rejeté les accusations de tortures contre le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund lors de son interpellation alors qu’ils s’apprêtaient avec d’autres opposants à lancer la marche interdite par les autorités.

«Lorsqu’ils se sont mis sur la chaussée, il y a eu des jeunes délinquants qui sont allés jeter des cocktails Molotov à la station Total et ont tenté de l’incendier volontairement et faire une destruction méchante. La police est arrivée pour récupérer ces délinquants. Malheureusement, cet opérateur politique [M. Kabund] s’est retrouvé dans cette sphère géographique et ils ont été arrêtés», avait déclaré le colonel Pierrot Mwanamputu.  ​

RO

Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS affirme que Jean-Marc Kabund, secrétaire général de ce parti ne figurait pas parmi les personnes qui ont tenté de saboter une station-service. L’UDPS réagit ainsi aux propos du porte-parole de la police nationale congolaise au sujet des circonstances de l’arrestation de son secrétaire général, le jour de la marche interdite par le gouvernement provincial de Kinshasa, le 30 novembre.