Colonel Muana Mputu sur les check-points : « la police cherche à mettre la main sur des infiltrés qui veulent endeuiller la population »

Plusieurs check-points ont été installés depuis la nuit du samedi à dimanche 31 décembre dans différentes axes principaux de la ville de Kinshasa.

De l’aéroport de N’Djili en allant vers le centre-ville de Kinshasa, les forces de sécurité ont instauré des  barrages et contrôlent dans les deux sens les véhicules. Elles vérifient également les identités des passagers.  

La police explique « rechercher », à travers ces dispositifs sécuritaires,  des hommes en armes qui se seraient infiltrés dans la ville pour tirer sur les manifestants et attribuer « ces tueries »aux forces de sécurité.

«Lors de la collecte des données, il a été établi que des hommes en armes se seraient infiltrés tard dans la nuit, dans la ville et cherchant à s’infiltrer dans différentes paroisses catholiques dans l’objectif de provoquer des troubles lors de la marche en ouvrant les feux sur les manifestants. […] ces contrôles de police vont se poursuivre toute la journée jusqu’à ce que nous arrivions à mettre la main sur ces hommes infiltrés qui veulent endeuillés la population » a expliqué à Radio Okapi le colonel Muana Mputu.

Des bouclages et des patrouilles motorisés seront par ailleurs organisés pour assurer la sécurité dans la ville, a ajouté le porte-parole de la police, précisant que ces contrôlent vont se poursuivre tout au long de la journée de dimanche 31 décembre.

radio okapi

Plusieurs check-points ont été installés depuis la nuit du samedi à dimanche 31 décembre dans différentes axes principaux de la ville de Kinshasa.