La dépouille de Tshisekedi sera rapatriée en janvier, annonce Félix Tshisekedi

La dépouille de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier à Bruxelles, devrait être rapatriée le mois prochain à Kinshasa, a indiqué jeudi soir son fils, Félix Tshilombo Tshisekedi, à l’agence Belga.

Ce rapatriement se fera si nécessaire sans l’aval du gouvernement congolais – « dont on se passe car on cherchait une collaboration » -, a-t-il précisé, confirmant des propos tenus en matinée sur la RTBF-radio.

Étienne Tshisekedi, le fondateur du principal d’opposition congolais, l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), est décédé le 1er février à Bruxelles des suites d’une embolie pulmonaire. Il aurait eu 85 ans ce jeudi.

La question du rapatriement de sa dépouille en République démocratique du Congo (RDC) a créé des tensions entre sa famille, son parti l’UDPS et le gouvernement, qui ne sont toujours pas parvenus à un accord sur le lieu d’inhumation, la date du rapatriement et l’organisation des obsèques.

Selon un semblant d’accord évoqué début juin, l’opposant historique devait être enterré dans la périphérie de la ville de Kinshasa, à N’sele (dans la grande banlieue est de la capitale congolaise), dans une concession familiale.

« Nous sommes prêts à le rapatrier à nos frais pour un enterrement dans un cimetière de la place (Kinshasa, ndlr) » avant un endroit plus adapté, a ajouté Félix Tshisekedi, de passage par Bruxelles.

Avec Belga.

La dépouille de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier à Bruxelles, devrait être rapatriée le mois prochain à Kinshasa, a indiqué jeudi soir son fils, Félix Tshilombo Tshisekedi, à l’agence Belga.