Le financement des élections se fera séquentiellement en fonction notamment des recettes réalisées au cours de l’année (Mende)

Le gouvernement a réaffirmé sa volonté de financer les élections en fonction du plan de décaissement convenu avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et en fonction des recettes réalisées au cours de l’année.

« La CENI a soumis un plan de financement en vertu duquel 60 millions de dollars sont sollicités pour le mois de janvier. Et le gouvernement a décidé de mettre à la disposition cette somme qui est prévue pour ce mois (janvier). Ça ne peut être que par séquence. Le budget ne peut être que séquentiel. Ce sont des recettes qu’on va réaliser au cours de l’année qu’on affecte au fur et à mesure qu’on les réalisent. C’est par séquence que cela se passe. Et la CENI n’a pas demandé d’avoir tout l’argent d’un coup. C’est au fur et à mesure que vous payez les taxes, au fur et à mesure que nous vendons nos produits que le ministère des finances et la Banque centrale mettent à la disposition les moyens en fonction du plan de décaissement convenu à l’avance », a dit Lambert Mende, ministre de la communication et des médias au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 21 décembre 2017 à Kinshasa.

La CENI avait présenté un budget de 432 millions de dollars américains pour les élections du 23 décembre 2018.

Cependant, l’International Crisis Group craint que la crise économique et budgétaire soit le prochain prétexte des retards dans l’organisation des élections.

« Le président Kabila et le gouvernement ont, à plusieurs reprises et avec cynisme, exprimé leurs inquiétudes concernant le coût des élections par rapport aux autres investissements nécessaires. Le budget des élections a été fixé à 1,3 milliard de dollars avec la première étape majeure, l’enregistrement des électeurs, représentant 400 millions de dollars. Pour être en mesure d’organiser les trois élections combinées en 2018, la commission électorale aurait besoin d’environ 550 millions de dollars. Toutefois, malgré son assurance en 2016 qu’il financerait le processus en totalité, le gouvernement n’a pas encore clarifié ce qu’il avait effectivement déboursé. Dans le budget national de 2018, adopté le 14 novembre, 912,5 millions de francs congolais, soit 8,8 pour cent du budget total de 10 333 milliards, sont affectés aux élections », avait dit l’organisation dans son Rapport Afrique publié le 4 décembre 2017.
[soundcloud src="372573854"/]
actualite.cd

Le gouvernement a réaffirmé sa volonté de financer les élections en fonction du plan de décaissement convenu avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et en fonction des recettes réalisées au cours de l’année.