Meurtre des experts de l’ONU : Le rapport de l’ONU montre qu’une implication des autorités n’a été ni prouvée, ni exclue (MONUSCO)

Les relevés téléphoniques consultés par RFI et Reuters révèlent que des agents de l’Etat dont un colonel de l’Armée ont participé à l’organisation de la mission qui a coûté la vie en mars dernier à Michael Sharp et Zaida Catalan, les deux experts de l’ONU.

Les auteurs de l’enquêtes affirment que ces éléments de preuves sont contenues dans le dossier d’instruction, mais ont été jusqu’ici écartées du procès et du rapport du comité d’enquête de l’ONU.

Première réaction de la MONUSCO :

« Tout d’abord dans cette affaire, je tiens à rappeler et à répéter que notre seul objectif est que la justice soit rendue pour nos experts et leurs accompagnateurs congolais. Concernant le rapport de la commission d’enquête des Nations Unies, il montre qu’une implication des autorités n’a été ni prouvée, ni exclue. Des enquêtes additionnelles y compris celles menées actuellement par les Américains et les Suédois pourront, devront apporter davantage de précisions sur ce dossier. En outre comme vous le savez, le Secrétaire général des Nations Unies a nommé le procureur Robert Petit et quatre experts techniques afin de soutenir l’enquête nationale en cours. Il est prévu que Robert Petit rende compte régulièrement des avancées de l’enquête au Secrétaire général ainsi que du niveau de coopération fournie par les autorités congolaises. Ce travail d’enquête est en cours, nous n’avons aucun commentaire additionnel à faire et je le répète encore : notre seule préoccupation est que justice soit faite quel que soit l’auteur des meurtres qui ont été commis », a dit Florence Marchal, Porte-parole par intérim de la MONUSCO, en répondant à une question de RFI au cours de la conférence de presse de ce mercredi.

actualite.cd

Les relevés téléphoniques consultés par RFI et Reuters révèlent que des agents de l’Etat dont un colonel de l’Armée ont participé à l’organisation de la mission qui a coûté la vie en mars dernier à Michael Sharp et Zaida Catalan, les deux experts de l’ONU.