RDC : Pas de 3e mandat insistent les USA, le Canada et la Suisse

Les Chefs de mission des États-Unis, du Canada et de la Suisse ont appelé ce jeudi les dirigeants congolais à respecter l’accord du 31 décembre notamment pour ce qui est du mandat constitutionnel de l’actuel chef de l’Etat et la libération des prisonniers d’opinion.

 « Le gouvernement de la RDC doit respecter les engagements qu’il a pris dans le cadre de l’Accord du 31 décembre 2016. Celui-ci interdisait la tenue d’un troisième mandat présidentiel ou l’apport d’un changement constitutionnel. De plus, il engageait le gouvernement à libérer des prisonniers politiques, à mettre fin aux poursuites fondées sur des motifs politiques, à mettre un terme au dédoublement des partis politiques, à respecter les libertés fondamentales et à confier la résolution des cas emblématiques à la Conférence épiscopale nationale de la RDC (CENCO), disent-ils dans une déclaration publique conjointe. 

Les trois pays regrettent que d’autres arrestations « politiques » aient été effectuées après la signature de l’accord de la saint-sylvestre.

« Le fait que le gouvernement de la RDC n’ait pas encore tenu ces engagements constitue une source de préoccupation. Qui plus est, d’autres personnes ont fait l’objet d’arrestations arbitraires à la suite de manifestations pacifiques en novembre, et le gouvernement de la RDC a pris des mesures pour entraver la liberté de circulation des membres de l’opposition et de la société civile, notamment en confisquant des passeports ou en refusant de les renouveler. En tant qu’amis de la RDC et partisans du processus électoral dans ce pays, nous exhortons le gouvernement de la RDC à libérer les prisonniers conformément à l’Accord politique du 31 décembre et à veiller au respect de la liberté de réunion, d’expression, de circulation et de la presse. Ces mesures sont essentielles afin de garantir un processus électoral libre, juste et pacifique en RDC ».

Les Chefs de mission des États-Unis, du Canada et de la Suisse exhortent également toutes les parties concernées – qu’il s’agisse du gouvernement, de l’opposition ou de la société civile – à veiller à ce que leurs actions et leurs déclarations restent pacifiques et respectent la Constitution de la RDC et l’Accord du 31 décembre.

actualite.cd

Les Chefs de mission des États-Unis, du Canada et de la Suisse ont appelé ce jeudi les dirigeants congolais à respecter l’accord du 31 décembre notamment pour ce qui est du mandat constitutionnel de l’actuel chef de l’Etat et la libération des prisonniers d’opinion.