L’ex Premier ministre Adolphe Muzito est revenu sur la question de l’opposition républicaine, prônée par Moïse Katumbi, et qui suscite la polémique au sein de l’opinion nationale et internationale, voire au sein de la plateforme électorale devenue politique Lamuka.

Selon l’autorité morale de la plateforme politique Nouvel Élan, Lamuka n’est pas dans l’opposition républicaine.

À en croire l’ancien Premier ministre, être dans l’opposition républicaine veut dire accepter les résultats de l’élection du 30 décembre dernier.

“Nous ne sommes pas dans l’opposition républicaine. Être une opposition républicaine veut dire que les élections ont été républicaines et que le vainqueur a gagné de manière républicaine”, a-t-il déclaré au cours de la conférence et débat animée par Martin Fayulu ce jeudi au collège Boboto.

Dans le cas échéant, poursuit Adolphe Muzito, “ceux qui ont gagné, n’ont pas gagné de manière républicaine. Est-ce nous nous devons accepter être une opposition républicaine ? Non. Ça voudrait dire que nous les avons légitimés. Nous sommes dans la résistance pour le contester jusqu’au soulèvement populaire et ils vont quitter”.

La déclaration de l’ancien chef du gouvernement de la RDC intervient après celle de Moïse Katumbi, un de six leaders de Lamuka, selon laquelle, leur plateforme se positionne dans l’opposition républicaine contre le pouvoir en place. L’ex gouverneur du Katanga reconnait Félix Tshisekedi comme président légal de la RDC.

Des affirmations rejetées par une autre frange de Lamuka proche de Fayulu, qui dit poursuivre le combat de la vérité des urnes.
Il y’a donc un clivage au sein de Lamuka.

Pour rappel, Muzito incarne la ligne dure de Lamuka. Il avait laisser entendre notamment que Lamuka été prêt à créer des troubles pour que les investisseurs ne viennent pas en RDC. Des propos qui avaient provoqué un tollé général

P.M.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici