Albert Yuma, directeur général de la Générale des Carrières et des Mines (GECAMINES), s’est pour la première fois exprimé sur l’affaire 200 millions d’euros qui oppose son entreprise à la société Ventora Developpement (ex-Fleurette Mumi), et qui défraye depuis un moment, la chronique en RDC.

Lors de la cérémonie d’échange des voeux entre les agents et cadres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), samedi, à Pullman Hôtel de Kinshasa, le président du patronat congolais a confirmé de nouveau l’existence de ce prêt. Il a aussi réaffirmé que l’argent emprunté a été versé dans le trésor public.

“L’existence et le transfert de 148 millions de dollars perçus au titre du prêt GECAMINES, et qui ont défrayé la chronique en vertu de leur supposée inexistence, ont déjà été reconnus par la Banque réceptrice qui a attesté de l’existence du flux. Ces fonds ont été ensuite été transférés pour 135 millions de dollars au trésor public, ce qui a été confirmé tant par le ministère des finances, que par la Banque. L’utilisation qui a été faite de l’argent par l’Etat, actionnaire unique de GECAMINES, n’est ensuite plus du ressort de GECAMINES”, a indiqué A. Yuma.

Le DG de la GECAMINES a par ailleurs, souligné que leurs explications sur ce dossier n’ont pas changé depuis 23 décembre 2019. Ce qui, a-t-il ajouté, a été “confirmé très récemment par celui là-même qui fut leur farouche détracteur (Georges Kapiamba de ACAJ, NDLR)” .

Quant aux enquêtes ouvertes au niveau de la justice sur cette affaire, le président de la FEC a dit attendre les résultats finaux avec “sérénité”.

“Je n’ai donc aucun problème avec ce sujet et j’attends avec sérénité que la justice rende enfin le rapport final qui aurait d’ores et déjà été rédigé
depuis assez longtemps, si l’on en croit certaines associations anticorruption congolaises”, a-t-il dit.

La déclaration de Yuma est la première depuis que l’affaire relative au prêt de Ventora à la GECAMINES a éclaté au grand jour. C’est depuis 2017 que l’ex-Fleurette Mumi réclame son argent à cette société du portefeuille de l’État congolais. La GECAMINES qui ne nie pas la dette, dit ne pas être à mesure de la payer à cause des sanctions imposées par les USA à Ventora.

Georges Kapiamba, patron de l’Ong ACAJ après avoir soutenu que le prêt était fictif et qu’il y avait blanchiment d’argent, est revenu sur ces déclarations. Dans un communiqué rendu public par son association, il affirme désormais que le prêt est bien réel et qu’il n’y a jamais eu blanchiment.

Prince Mayiro

1 COMMENTAIRE

  1. Quand je vois le nombre de personne qui soufre dans ce pays et un individu arrive a detourner 200 millions $ en tout ca on an affaire avec les dirigeans qui sont des démons.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici