Ecoutez cet article

Haut cadre et communicant du Front commun pour le Congo (FCC), André-Alain Atundu estime que la proposition de participer au gouvernement Sama Lukonde est tout simplement ” une humiliation qui ne vaut pas la peine “. Dans un échange à bâtons rompus avec la presse, mardi 30 mars à Kinshasa, l’ancien porte-parole de l’ex-Majorité présidentielle fait savoir que cette proposition est moralement inacceptable pour la plateforme chère à l’ancien Président de la République Joseph Kabila.

” Cette prise de position était tout à fait prévisible. Du point de vue de la logique et du point de vue de l’éthique professionnelle et morale. Sur le plan de la logique, l’Union sacrée de la nation était comme un antidote de la coalition FCC-CACH, dont l’objectif était de tuer le FCC. Et donc, logiquement, nous ne pourrions participer à un gouvernement dont la finalité est de prouver que le FCC n’avait rien fait durant les deux années de coalition “, a indiqué Alain-André Atundu.

Et moralement, poursuit-il, “la proposition de participer à ce gouvernement est inconcevable parce que c’est comme un conjoint repoussé qui va assister aux noces de celui qui l’a répudié. C’est une humiliation qui ne vaut pas la peine”.

Atundu ne s’arrête pas là. Bienau contraire, il se pose la question, de savoir s’il s’agit d’une proposition cynique pour combler l’humiliation qu’était la rupture de la coalition FCC-CACH au détriment du FCC ou bien, peut-être, un calcul politique pour justifier le retard pris par la formation du Gouvernement Lukonde. Et, plus tard, si nous faisons partie, pour justifier tous les échecs. Voilà ces deux raisons essentielles qui ont motivé la non-participation du FCC.

“C’est une clarification de notre position. Nous avons pris acte de la rupture de la coalitionFCC-CACH, nous avons pris acte de toutes les incriminations faites au FCC et nous avons tiré les conclusions. Et la conclusion, c’est qu’après ces incriminations, dont n’a pas été lavé le FCC, il est indécent et immoral de participer à ce gouvernement. Quelle image donnons-nous à nos militants? Des gens qui ne savent rien, qui courent derrière le pouvoir pour le pouvoir”, enchaine Alain-André Atundu.

UNE OPPOSITION CONSTRUCTIVE

Le FCC, souligne André-Alain Atundu, applique une opposition constructive et Républicaine.

“Ce n’est pas un objectif digne d’intérêt d’Etat, de la démocratie que de bloquer ceux qui ont trahi, les dissidents qui sont partis ou de bloquer le Gouvernement. Nous sommes sincères. Nous affichons un comportement loyal à la démocratie. On peut vouloir le bien du peuple en ne participant pas au Gouvernement ? Suivez mon regard”, renchérit le communicant de l’ex-Majorité.

Et de poursuivre : “Ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui, l’UDPS pour ne pas la citer, ont prétendu défendre l’intérêt du peuple tout en ne participant à aucun Gouvernement. Donc, il est important que nous puissions exploiter cette expérience pédagogique de passation pacifique de pouvoir et du rôle que doit jouer une majorité démocratique. Il est important que nous puissions tirer les leçons de cette période. Nous ne sommes pas les ennemis de la République parce que nous ne participons pas au Gouvernement. Nous ne sommes pas les ennemis de la République parce qu’on nous a volé notre majorité. Nous sommes des compatriotes, des nationalistes qui se battent pour que le pays devienne plus démocratique, plus gouvernable, plus vivable selon le sens politique du combat de notre autorité morale, Joseph Kabila”.

Dans un ton sévère, Alain-André Atundu déclare que ceux d’entre les membres du FCC qui, tentés par la course au partage des postes illégitimes, qui se retrouveront dans ce gouvernement, le seront donc en contradiction avec les valeurs et options de la famille FCC. Somme toute, le FCC se devait de fixer l’opinion quant à ce. “Ceci dit, nous travaillons pour un meilleur positionnement de Joseph Kabila en 2023”, conclut André-Alain Atundu.

Didier KEBONGO
Forum des as

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici