Ecoutez cet article

Quelques militants de la plateforme Lamuka, dont l’ancien député Serge Welo, ont été interpellés à la suite d’une manifestation mercredi 23 juin devant l’Assemblée nationale, pour dire non à la politisation de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Une interpellation condamnée par Me Jean Claude Katende, coordonnateur national de l’association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho).

Cet activiste des droits de l’homme affirme que la liberté de manifester pacifiquement est garantie à tous les congolais dans la Constitution, et ne peut être interdite.

Tout en exigeant leur liberté, cet avocat de formation précise que les militants de la plateforme de l’opposition Genevoise ont pleinement droit à s’opposer à une loi qui politise la centrale électorale.

« La liberté de manifester pacifiquement est reconnue aux congolais. Nous condamnons l’arrestation des militants de Lamuka et exigeons leur mise en liberté. Ils ont le droit de s’opposer à la loi qui fait de la Ceni une machine à fabriquer les résultats des élections », s’est-il opposé.

Il faut rappeler que ces militants de Lamuka aile Martin Fayulu protestaient contre la réforme de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni), en exigeant la dépolitisation de cette institution d’appui à la démocratie.

Ivan Honoré
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici