Ecoutez cet article

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a, sur instruction du Chef de l’État, convoqué et tenu, ce 25 mai 2022, dans son cabinet de travail, une réunion sécuritaire de crise avec le Ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants, le Ministre de la Communication et Médias, la Ministre déléguée près le Ministre des Affaires sociales, des Actions humanitaires, et de la Solidarité nationale chargé des Personnes Vivant avec Handicap, le Vice-Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, le chef d’état-Major des FARDC, le Commissaire Général Adjoint de la PNC, le directeur des renseignements généraux PNC, l’administrateur principal du département extérieur, le conseiller du CEMG/ FARDC chargé des Renseignements militaires, le chef du département des opérations FARDC, le directeur général de la DGM ainsi que quelques membres de son cabinet pour passer en revue la situation qui sévit depuis quelques jours et surtout, depuis les petites heures du matin, ce jour, à Kibumba dans la province du Nord-Kivu.

Faisant la restitution de cette réunion devant la presse, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, a clairement évoqué le soutien que le Rwanda apporte au M-23 en violation de la frontière ainsi que les accords signés avec la RDC.

» Sur instruction du Commandant suprême des Forces armées de la République démocratique du Congo, le Premier Ministre a tenu une réunion de crise qui a réuni les responsables du gouvernement, de la défense, de l’Intérieur, mais aussi les chefs de l’armée et de la police pour passer en revue la situation qui se passe depuis quelques jours dans la province du Nord-Kivu. Il est établi suivant les éléments que nous avons reçu du terrain, qu’en tout cas des soupçons se cristallisent sur un soutien qu’aurait reçu le M-23 de la part du Rwanda », a-t-il affirmé.

Patrick Muyaya a au moins soulevé l’activation du mécanisme de suivi desdits accords avec le Rwanda pour préciser qu’une délégation est à Kigali pour en avoir le cœur net.

» A ce propos, nous avons activé le mécanisme de suivi. Et d’ailleurs, le chef de ce mécanisme se trouve présentement à Kigali pour attester ces faits », renseigne-t-il.

Mais déjà pour lui, le doute ne pouvait avoir qu’un tout petit ombre, parce que les faits sont plausibles à ses yeux.

« Ceci tend à se vérifier d’autant plus qu’il y a quelques jours, des nouvelles circulaient qu’il y aurait des représailles. Vous avez suivi que nos forces avaient totalement déstabilisé le M-23, qui de manière répétée, agissent par des actions provocatrices. Nos forces avaient pris le dessus et qu’il y a eu des éclats d’obus qui seraient tombés de l’autre côté de la frontière. Et en représailles évidemment, nous attendions des nouvelles de ce genre. Nous pensons que ce qui s’est produit à côté du M-23, serait une réaction de la part du Rwanda. Mais pour cela, nous serons fixés bientôt lorsque le rapport du mécanisme conjoint de suivi sera fait », a-t-il dit sous réserve.

Notons qu’après l’attaque d’une position militaire à Kibumba en territoire de Nyiragongo, des munitions et tenues appartement à l’armée rwandaise (RDF) ont été ramassées, ce qui prouverait pour la énième fois que Kigali appui les rebelles du M23 qui déstabilisent l’Est de la République Démocratique du Congo. L’armée loyaliste a pu repousser, après des forts affrontements, ce mouvement rebelle. Occasion pour le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, à inviter la population au calme. A noter que, le gouvernement a, pendant la journée du mercredi 25 mai, ordonné la fermeture des frontières entre la RDC et le Rwanda.

Cephas Kabamba
24sur24

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici