Écoutez cet article

C’est un « ouf » de soulagement pour l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, condamné en appel à 13 ans de prison.

Appelée ce lundi à l’audience devant la cour de cassation, l’affaire enrôlée sous RP 1170, mettant en cause Vital Kamerhe contre le ministère public, Sammy Jamal et consorts sera rejugée.

La Cour de cassation, statuant en matière de cassation, reçoit le pourvoi et ledit fondé, cassée avec renvoi l’arrêt attaqué, renvoie la cause devant la Cour d’appel de Gombe autrement composée.

En d’autres termes, les juges de la Cour d’Appel renvoient la cause pour être rejugée à la Cour d’Appel, mais avec une nouvelle composition des juges.

Vers une libération définitive

En liberté provisoire depuis fin décembre dernier, Vital Kamerhe s’est envolé pour la France début janvier. Le leader de l’UNC a été autorisé à sortir pour pays pour une période « ne dépassant pas trente jours ». Mais, curieusement, l’homme totalise près de 100 jours en dehors du pays.

Déjà à sa sortie de prison, nombreux sont ceux, même dans le camp de l’UDPS, avaient dénoncé une libération politique.

À une année des élections, la détention de Vital Kamerhe précipiterait, selon certains analystes, l’échec de Tshisekedi qui cherche à rempiler.

« L’acte 1 a été l’obtention de la liberté provisoire et la sortie du territoire national, l’acte 2 sera son acquittement et l’acte 3 son retour aux affaires », nous a confié une source proche de l’ancien directeur de cabinet.

La décision de la cassation de rejuger l’affaire conduira-t-elle à l’acquittement total de Vital Kamerhe? Attendons voir.

PM
24sur24

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici