Écoutez cet article

Au cours de la plénière du mercredi 15 décembre, le président de la chambre haute du parlement, Modeste Bahati, a menacé de saisir la justice si la loi des finances 2022 n’est pas respectée.

«Il faut que les gestionnaires le sachent. Cette fois-ci, nous serons obligés de saisir la justice. Nous devons savoir en ce qui concerne le budget 2022, qu’il s’agit d’une loi qui doit être respectée par tout le monde», a-t-il insisté le président de la chambre.

Et d’ajouter :

«Ou alors nous élaborons le budget dans la complaisance. Comment peut-on comprendre que là où il était prévu des dépenses pour réaliser des projets de 708 projets, on en a réalisé que 41. Plus grave, on avait prévu pour les 708 projets 160 milliards de Francs congolais (80 millions USD), mais on est allé à 200 milliards de Francs congolais (100 millions USD) pour 41 projets », a dénoncé Bahati Lukwebo.

Précisons que, la séance du 15 décembre devrait clôturer la session ordinaire de septembre et renvoyer les parlementaires en vacances. Cependant les députés et sénateurs vont poursuivre le travail en session extraordinaire. Les deux chambres du Parlement n’ont pas pu adopter toutes les lois urgentes, notamment le budget 2022, et la loi d’habilitation du gouvernement afin de proroger par ordonnance-loi l’état de siège.

En ce qui concerne, le budget 2022, le Sénat l’a voté en des termes différents avec l’Assemblée nationale. Une commission paritaire devra donc être convoquée pour harmoniser des vues.

Outre la loi des finances 2022, la Chambre haute a aussi voté le collectif budgétaire 2021 ainsi que la loi portant reddition des comptes 2020.

Par ailleurs, Modeste Bahati a rappelé à tous les gestionnaires de prendre au sérieux leurs responsabilités, pour ne pas hypothéquer l’avenir du pays.

Bien-aimée Bosasele
Objectif-Infos

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici