Ecoutez cet article

Deux ans et demi après le départ de Joseph Kabila de la tête de la République démocratique du Congo et six mois après la fin de la coalition FCC – CACH, plusieurs membres de la famille politique de Joseph Kabila et certains de ses proches se retrouvent soit en exil, soit en prison, soit traqués par la justice.

Les cas de José Makila, Alexis Thambwe Mwamba, Kalev Mutond, John Numbi, Willy Bakonga, Ngoy Mulunda…

Aujourd’hui, c’est Barnabé Kikaya Bin Karubi, ancien secrétaire particulier et conseiller diplomatique de Joseph Kabila, qui se retrouve en exil, dans un pays africain qui n’a pas été cité, depuis le mois de juin.

Ce, après avoir été cité dans l’affaire d’utilisation abusive des cartes bancaires directement liées au compte général du Trésor de la République démocratique du Congo (RDC).

Barnabé Kikaya Bin Karubi rejette ces accusations et dit ne pas comprendre pourquoi il n’y a que lui qui a été invité par le parquet dans cette affaire.

L’homme affirme avoir reçu des menaces et dit craindre pour sa sécurité.
“Ils ont essayé, par tous les moyens, de me réduire au silence en inventant des dossiers qui n’ont ni tête ni queue”, a-t-il déclaré à la Radio France Internationale.

Intervenant à ce sujet, le député honoraire Zacharie Bababaswe a traité Kikaya de ” lâche ” pour s’être soustrait de la justice. “S’il est vrai qu’il est innocent dans cette affaire, il devrait prendre son courage d’affronter la justice, plutôt que de fuir”, a-t-il déclaré le week-end dernier lors d’une émission.

Il faut noter par ailleurs que, les Kabilistes restés fidèles à Joseph Kabila, ainsi que les opposants à l’actuel régime en République démocratique du Congo, ne cessent de dénoncer une justice à double vitesse. Selon eux, les uns sont épargnés, les autres sont exposés. Surtout depuis la patrouille financière de l’Inspection générale des finances (IGF).

LM
Media Congo Press

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici