Ecoutez cet article

Les élèves et écoliers qui ont élu domicile à la mairie de Beni, au Nord-Kivu, depuis une semaine, pour exiger le déplacement du chef de l’Etat, ont été dispersés par les forces de l’ordre le vendredi 30 avril 2021. Leurs tentes érigées devant le bureau du maire ont été brûlées et plusieurs de leurs biens saisis.

Personne n’a plus eu accès à l’hôtel de ville, même les journalistes empêchés d’atteindre l’enceinte de la mairie quadrillée par les éléments de la police nationale congolaise.

On signale au moins 7 blessés parmi les enfants dont certains par balles, d’autres manifestants ont été interpellées à l’état-major de la PNC.

Entre-temps, les 70 enfants filles et garçons âgés de 9 à 17 ans qui ont passé nuit en détention à l’établissement de garde et d’éducation des enfants (EGEE) ont été libérés par le tribunal pour enfants de Beni. Ils étaient interpellés l’attendre leurs homologues venus de la commune d’Oicha en territoire de Beni, pour renforcer leur sit-in à la mairie, déclenché depuis le jeudi 22 avril, pour réclamer l’arrivée du chef de l’État congolais Félix Tshisekedi en vue d’éradiquer l’insécurité qui n’a que trop duré.

Ils ont été libérés en présence de leurs parents et remis à leurs familles respectives.

Lors de leur interpellation tout comme dans la répression de leur action vendredi, l’on signale des dérapages dans le chef des forces de l’ordre. Nombreux des enfants affirment avoir perdu leurs biens (téléphones, argent, cartables…).

Maître Eli Vahumawa, avocat-conseil desdits élèves, demande aux forces de l’ordre d’être professionnelles dans leurs manières de faire et plaide pour la restitution des biens saisis.

Delphin Mupanda
Media Congo Press

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici