Ecoutez cet article

A une question lui posée dans une conférence de presse conjointement animée ce vendredi 3 septembre 2021 avec son allié Martin Fayulu, relative aux émoluments qu’il perçoit mensuellement à l’Assemblée nationale en tant que député national élu de Kikwit, mais sans prendre part aux séances plénières, Adolphe Muzito a surpris plus d’un Congolais par l’ambiguïté de sa réponse. On a vu Martin Fayulu à côté de lui être embarrassé et gêné par les propos tenus par son allié de Lamuka/aile Mpangi qui frisent l’escroquerie.

En effet, d’après Adolphe Muzito, les émoluments qu’il touche mensuellement et régulièrement, sont une contrepartie du travail qu’il fait pour le peuple qui l’a élu pour siéger à l’Assemblée nationale. Cependant, il reconnaît n’avoir jamais siégé parce que selon lui, cette assemblée est illégitime. Ce qui est un paradoxe, estiment beaucoup d’analystes, parce que là Adolphe Muzito avoue que l’argent qu’il bouffe de l’Assemblée nationale est bon, mais la source de provenance de cet argent qui est l’Assemblée nationale est mauvaise, souillée. Sur le plan religieux, c’est un péché de vouloir une chose et son contraire.

En principe, Adolphe Muzito devrait se gêner en estimant que le fait pour lui de critiquer le pouvoir dans les médias, à travers ses tribunes ou encore en organisant des conférences, est une façon de travailler pour ce peuple qui l’a élu député national. Non, le peuple n’est pas dupe pour croire naïvement à cet argumentaire ridicule de l’ancien premier ministre, à moins qu’il souffre d’une ignorance notoire. Sinon, les Prince Epenge, Devos Kitoko, Mwalimu, Idia Omari et autres Papy Tamba qui font le même travail de critiquer le régime en place, seraient aussi rémunérés par le trésor public.

Adolphe Muzito pour avoir été plus d’une fois député national, sait que le lieu de travail constitutionnellement connu d’un député national, c’est le Palais du peuple où il participe aux séances plénières, propose et vote des lois et contrôle le gouvernement. Aussi, le règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui détermine les conditions de travail des députés, prévoit les modalités de perception des émoluments et les sanctions en cas de trop d’absences injustifiées.

Voilà qui pousse les esprits lucides et critiques à se demander pourquoi deux ans déjà et durant sans siéger, Adolphe Muzito qui a d’ailleurs un autre salaire d’ancien premier ministre, percevait et continue de percevoir les émoluments alors qu’il brille par un absentéisme à outrance ? Pourquoi ne les lui a-t-on pas privés ? Qui est son complice à l’Assemblée nationale parce que du temps d’Aubin Minaku, certains députés qui avaient refusé de siéger et réclamaient la vérité des urnes, se sont vu priver leurs émoluments ? A ce sujet d’ailleurs, Wikipedia écrit sur Félix Tshisekedi :« En novembre 2011, il est élu député à Mbuji-Mayi. N’ayant jamais siégé, il est déchu de son mandat dès le 18 juin 2013 ». Ajoutons : « Il n’avait jamais touché aucune rémunération parlementaire avant sa déchéance ».

Somme toute, beaucoup de Congolais qui ont critiqué cette attitude d’Adolphe Muzito, estiment que c’est triste pour un acteur politique de sa trempe d’escroquer l’Etat, lui qui ambitionne diriger le pays. Pourquoi se faire payer par le Trésor public sans travailler ? Pourquoi ne pas faire comme Fayulu qui a été aussi élu député national mais qui a tout rejeté. D’ailleurs, il faut rappeler que ce dernier avait quitté l’hémicycle en 2016 et renoncé aux émoluments, parce qu’il estimait qu’il ne pouvait pas travailler dans un parlement dont le mandat avait glissé. Bel exemple que Muzito devant suivre. Mais malheureusement, il s’est montré très faible devant le pouvoir de Mammon.

Scooprdc

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici