Ecoutez cet article

La réduction du train de vie des institutions politiques et l’interdiction stricte d’augmentation des salaires en leurs seins, furent parmi les attentes exprimées par les congolais lors des consultations initiées par le chef de l’État, Félix Tshisekedi du 2 au 25 novembre 2020 au Palais de la nation à Kinshasa.

A ce jour, Jean Marc Kabund Premier vice-Président de l’Assemblée nationale s’en va en guerre contre le budget exorbitant réservé aux institutions politiques du pays.

Dans une déclaration sur son compte twitter, le Président a.i de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) souhaite voir le train de vie des institutions politiques être réduit à 50% au Budget 2022, cela en faveur de la population congolaise.

« Budget de l’État 2022 en élaboration: Un budget faible avec un train de vie des institutions(60%)le plus élevé au monde est une inconscience collective. Réduire de 50% le train de vie des nos Institutions au profit du » peuple d’abord » serait un acte de responsabilité. Interpellation!!! » a twitté le numéro 1 du parti présidentiel.

Jean Marc Kabund se rallie au Député National Delly Sessanga, élu du Kasaï-Central, qui au début de cette magistrature avait exigé de l’Assemblée nationale de voter une disposition pour la réduction de train de vie des institutions de la RDC.

Malgré la mise en place de l’IGF et de l’APLC, Félix Tshisekedi ne parvient pas à rassurer sur la réduction du train de vie des institutions.

Pour un budget d’environ 6 milliards de dollars américains, le gouvernement congolais dépense environ 2 milliards pour les institutions politiques, dont l’Assemblée nationale, le sénat, les cabinets politiques des ministères, du Premier Ministre, des Gouverneurs et vices Gouverneurs des provinces et des Assemblées provinciales.

Ivan Honoré
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici