Ecoutez cet article

« Nous donnons trois jours à notre collègue Mboso pour remettre de l’ordre au sein de l’Assemblée nationale qui n’est pas une institution sous-traitante de la présidence de la République. C’est en vertu du pouvoir qui nous est conféré par la Constitution’, lance, sur TOP CONGO FM, Gratien Iracan, membre du collectif de 26 députés nationaux (C26)

Il prévient que  »dépassé ce délai, nous allons convoquer une session extraordinaire conformément à la Constitution pour déchoir tous les membres du bureau parce qu’on ne veut pas nous respecter ».

Pour lui, « il y a le principe de séparation des pouvoirs. Nous avons quatre principales institutions, notamment le président de la République, le Parlement, le gouvernement ainsi que les Cours et Tribunaux », rappelle l’élu de Bunia dans la province de l’Ituri.

« Le président de la République est Chef de l’État et coordonne toutes les institutions, mais il n’est pas chef du Parlement ou de l’Assemblée nationale. Le président du bureau de l’Assemblée nationale est député comme tout autre élu. Il n’est pas chef des députés ni de l’Assemblée nationale. Il faut que cela soit tiré au clair ».

Et de dénoncer : « il y a une confusion totale L’institution Parlement n’est plus respectée. Le député reste maître de ses opinions et de ses appartenances politiques mais ils sont insultés, violentés, outragés, arrêtés sans motifs. Le mandat que le député exerce appartient à la nation et son exercice ne peut qu’être libre ».

Déclaration unilatérale faite en solo

 »Tous les 26 députés qui représentent les provinces ne se reconnaissent pas dans cette déclaration parce que dans nos coutumes, avant de prendre une position, nous nous concertons. Le coordonnateur du C26 convoque une réunion de concertation où nous prenons une position d’ensemble. Sa déclaration surprend tout le monde. On ne s’est pas réuni pour parler de cette question », s’étonne, sur TOP CONGO FM, Jean-Marc Lombaku Lohenda, également membre du Collectif de 26 députés nationaux.

En réaction à cette déclaration de son collègue, il souligne que « le C26, nous sommes une structure informelle de l’Assemblée nationale et d’appui au social des députés. Elle a été créée par les députés, mais elle n’est pas reconnue par le règlement intérieur de l’Assemblée. Nous sommes organisés pour avoir un point focal dans chaque province et pour toutes les décisions à prendre, il faut une concertation ».

Il estime donc que  »c’est une décision unilatérale. Tous les 26 députés du collectif C26 ne se reconnaissent pas dans cette déclaration ».

Jean-Marc Lombaku rappelle que  »notre collègue vient de récidiver. Il s’est présenté comme candidat deuxième vice-Président de l’Assemblée nationale au nom de C26 sans nous avoir consultés. Nous lui réitérons le même conseil qu’à l’époque. Avant d’annoncer une décision au nom de notre structure, il doit se référer à nos collègues ».

Dieumerci Lusakumunu
Top Congo

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici