Écoutez cet article

En pleines vacances à l’issue de la phase aller du championnat en Suisse, Meschack Elia est sorti du silence sur les sujets autour de sa carrière. Dans un très long live, de 4 heures, sur Facebook, l’attaquant congolais de 24 ans est revenu notamment sur son transfert mouvementé vers le Young Boys. Des révélations que FootRDC vous résume l’essentiel, pour ceux qui ne peuvent pas suivre le marathon, encore disponible sur le réseau social.

Après une belle Coupe d’Afrique des Nations 2019 (2 titularisations et 2 entrées en jeu, en Égypte) et une éclosion internationale, plusieurs clubs négocient avec Mazembe pour son chouchou de 22 ans. La direction des Corbeaux trouve un accord pour deux transferts de Elia et Arsène Zola pour le géant belge Anderlecht. Tout est fait dans la discrétion jusqu’au 6 juillet 2019, en pleine CAN, quand Mazembe annonce « Meschack Elia et Arsène Zola sont attendus à Bruxelles à partir du 6 juillet. »

Quelques jours plus tard, Elia est introuvable. La presse, internationale et nationale, fait alors chou gras de cette rocambolesque situation, d’autant plus que le conseil de Moïse Katumbi semble n’avoir pas marché du tout. La Dernière Heure annonce que « personne ne sait où est Meschack ». La version du joueur renferme la clé du mystère.

Meschack Elia n’avait pas choisi Anderlecht

Après l’élimination de Léopard, Elia prend l’avion pour la Belgique. Le scénario est alors tout tracé, poser ses valises au Plat pays, parapher son contrat et vivre pluie et beau temps à Bruxelles. Rien ne se passera comme prévu.

« A mon arrivée avec Arsène Zola, je me suis entrainé pendant une semaine après la CAN 2019, mais le contrat n’était toujours pas signé. En ce moment-là, j’appelle Arsène Zola, avec qui j’étais arrivé à Anderlecht, pour savoir si lui avait signé son contrat et il me dit que non. J’étais très étonné parce que pendant ce temps-là, le championnat (de Belgique avait déjà démarré, » révèle le natif de Kinshasa.

« Je ne comprenais rien parce qu’à mon départ de Lubumbashi, j’avais parlé avec Papa (Moïse Katumbi Ndr) et il m’avait assuré, à Zola aussi, que je signerais mon contrat dès mon arrivée en Belgique. Sur place, je ne savais pas comment l’atteindre au téléphone pour lui mettre au courant de mon embarras. »

C’est le début du mal être qui va pousser le joueur à remettre en question son séjour en Belgique, jusqu’à l’entrée en jeu, inattendue, de Vincent Kompany, qui vient alors de signer comme entraineur –joueur pour les Mauve.

Vincent Kompany, le facteur x

Une discussion entre les deux hommes va être déterminante dans la saga qui s’annonce, ce que personne n’a jamais évoqué. « Après la deuxième semaine, j’ai décidé de voir l’entraineur, Vincent Kompany. Lors de notre discussion, dans son bureau, je lui ai expliqué ma situation et mon incompréhension qu’en pleine CAN, Young Boys de Berne m’avait déjà sollicité, me proposais une place dans l’équipe et un contrat dont Mazembe était au courant, car je les informais. »

L’ancien défenseur de Manchester City « explique alors que quand Anderlecht avait besoin de moi, ils pensaient que la RDC ne passerait pas le premier tour et que je serai à la préparation de mi-saison. Quand nous nous sommes qualifiés, il a pris d’autres plans pour la présaison. « Je ne croyais plus que tu viendrais à Anderlecht. J’ai été surpris que vous soyez venus » m’avait-il alors dit. »

Elia apprend alors Kompany avait déjà son équipe et ne comptait pas sur Zola et lui. C’est le choc. « J’avais le cœur brisé et l’envie de pleurer, » se rappelle le joueur. Il a alors le choix de rester jusqu’à ce que Mazembe trouve une issue sur son cas. Entre-temps, le Young Boys n’oublie pas l’ancien joueur de Don Bosco, et Elia le sait.

« Dans le bureau, j’ai dit alors à Kompany que Young Boys me voulait et j’avais déjà la proposition pour que j’aille joueur et que d’un autre côté, Anderlecht me demandait de rester pour des entrainements jusqu’à ce qu’il y ait entente (entre Mazembe et Anderlecht) pour que je signe mon contrat. J’ai rappelé à Kompany qu’il fût un grand joueur et que dans ce cas, que pouvait-il faire. »

« Il m’a dit alors : « prends la bonne décision pour toi. Je ne voudrais pas que tu ne joues pas, je veux te voir prendre plaisir à jouer au foot, mais fais juste un bon choix. » Après cette discussion, quand Meschack Elia quitte le bureau de Vincent Kompany, il sait exactement ce qu’il fera. Un appel à Salomon SK Della pour annoncer sa décision, discussion expresse avec Young Boys, voyage en catimini vers la Suisse. Elia demande alors à son nouveau club de trouver un accord de transfert avec Mazembe. « Voilà ce qui s’est passé. »

Iragi Elisha
Footrdc

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici