Écoutez cet article

Au cours de la plénière tenue le dimanche 15 décembre dernier, l’assemblée nationale a adopté le rapport de la commission politique, administrative et juridique (PAJ) chargée de statuer sur la situation du groupe parlementaire AFDC et Alliés en proie à une scission.

Il était question pour cette commission de déterminer qui, de l’aile de Modeste Bahati et de Néné Nkulu, allait entre autre avoir la présidence de ce groupe.

A cette question, les membres de la commission PAJ vont dans leur conclusion donner raison à l’AFDC-A proche de l’actuelle ministre d’État en charge du travail, Néné Ilunga Nkulu.

Au regard des positions irréconciliables de deux camps, la commission a brandi la jurisprudence de 2015, laquelle s’était fondée sur le poids numérique pour départager le groupe dit de 7 (G7) qui venait de quitter la majorité présidentielle de l’époque.

Ainsi, s’étant présenté avec 25 députés sur les 41 que compte ce groupe parlementaire, l’aile proche du FCC s’est vue octroyer la paternité du groupe parlementaire AFDC et Alliés.

Une conclusion que fustige la député nationale Adèle kayinda, proche du sénateur Bahati Lukwebo et qui jusqu’hier occupait le poste de présidente du groupe parlementaire AFDC-A à l’assemblée nationale.

A noter que l’autre affaire du regroupement politique AFDC-A se trouve actuellement devant les cours et tribunaux. Selon le ministère de l’intérieur qui avait donné un avis à ce sujet, le sénateur Bahati lukwebo est le seul à avoir qualité d’engager ce regroupement politique auprès des tiers.

Elysée odia

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici