Ecoutez cet article

Après la défense de Jules Alingete sur les dépassements décriés à la présidence de la République, la réplique de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a été musclée.

Le communiqué de cette organisation publié lundi 25 octobre 2021, balaye les arguments de l’IGF et fustige, à haute voix, les dépassements budgétaires, « devenus une culture de gestion » au sein de la présidence de la République.

Même le président de la République, Félix Tshisekedi est sérieusement tancé. Sans mâcher les mots, l’ODEP l’appelle à produire d’abord un bilan visible et valable avant de penser aux prochaines élections. Déçue, l’ONG voit en Alingete les attitudes de militant d’un parti politique, de propagandiste, plutôt que d’un véritable contrôleur des finances publiques. Elle rappelle que Jules Alingete ne dépend pas de la présidence de la République, mais plutôt de la personne du président de la République. Pour preuve, l’homme piétine à sa guise « les dispositions constitutionnelles et légales relatives aux finances publiques ».

Ainsi, l’ODEP appelle le président Tshisekedi à mettre fin aux mauvaises pratiques de gestion et à la campagne d’apologie de la mauvaise gouvernance menée par l’IGF pour dédramatiser les mauvais actes de gestion. L’organisation demande au chef de l’État de rappeler à l’ordre Jules Alingete et de le sanctionner pour la propagation de la culture d’acceptabilité des actes de mauvaise gouvernance au sein de la population.

Ouragan

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici