Ecoutez cet article

Interpelé, jugé en procédure de flagrance et condamné à deux ans de prison, le président de la Ligue des jeunes d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, réclame la restitution de son véhicule arraché par l’Agence nationale des renseignements (ANR).

Dans une correspondance datée du 23 juillet 2021 signée par son avocat Wambe Lohombo, Ndala fait savoir au procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa-Matete que son véhicule depuis le jour de son arrestation par les agents de l’ANR, reste introuvable. Sans aller sur le dos de la cuillère, le leader de la jeunesse katumbiste exige la restitution de son véhicule qu’il affirme être à l’ANR.

« En effet, sous ordre de l’officier de police judiciaire nommé Rigobert Bobuya, au moment de l’enlèvement de mon client en date du 18 juillet 2021, vos agents l’avaient emmené avec son véhicule de marque Nissan immatriculé sous 0051 BA/01. Mais curieusement lors de son transfert au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Matete, mon client n’a pas vu sa voiture être restituée ; ainsi tout porte à croire que celle-ci est restée dans les enclos de l’Agence nationale des renseignements jusqu’à ce jour. Son véhicule n’étant pas concerné par les poursuites judiciaires, il est plus qu’évident qu’il soit restitué », indique la correspondance.

Jacky Ndala, par le biais de son avocat, note que le fait que son véhicule ne soit pas rendu jusqu’à ce jour, renforce la thèse de l’acharnement contre sa modeste personne.

« Le fait par vos services de détenir jusqu’à présent cette voiture cristallise l’acharnement sur la personne et les biens de mon client ; ce qui est intolérable dans un État de droit tant vanté et voulu par tous.Voilà pourquoi mon client vous exhorte à ordonner vos services de bien vouloir lui restituer sa voiture car l’arrestation injuste dont il fait l’objet ne justifie en rien la privation de son droit de propriété sur tout ce lui appartient », a-t-il rappelé.

Le trubin infatigable de Moïse Katumbi avait mobilisé les jeunes pour dire NON à la loi Tshiani qui discrimine, selon lui, les candidats congolais nés d’un des parents étrangers.

Charles masudi
Ouragan

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici