Ecoutez cet article

Liesse à Lusambo, le chef-lieu. Colère à Lodja, fief de Lambert Mende. La population du Sankuru a réagi différemment au report de l’élection de son gouverneur. L’affaire Mukumadi, ce candidat qui veut affronter Lambert Mende dans la course pour le gouvernorat, a révélé la cohabitation difficile des leaders du Sankuru, qui va au-delà des différences géographiques.

Du côté de Lambert Mende, on accuse « certains milieux d’avoir tout préparé pour empêcher le ministre sortant de la Communication de devenir gouverneur de sa province ».

Dans Le Maximum, journal qui appartient à l’ancien porte-parole, plusieurs personnalités du FCC sont mises en cause : Léonard She Okitundu, Basile Olongo et Jean-Charles Okoto. Okoto qui, lui, a été élu député national dans la même circonscription que Mende et Benoît Olamba du PPRD, « qui ne dissimule guère sa préférence pour une candidature inconnue de la plateforme des kabilistes », relate le Maximum. A cette liste s’ajoute Mgr Nicolas Djomo, l’évêque catholique de Tshumbe .

Pour le groupe de Lambert Mende, ces personnalités sont derrière la candidature de l’indépendant Jean Stéphane Mukumadi. « La sortie médiatique de Benoît Olamba le week-end dernier a eu le don de révéler que derrière la candidature annulée de Joseph Mukumadi se dissimilaient des acteurs politiques sankurois, hostiles au ticket Lambert Mende (Alliance CCU & Alliés) – Patrick Bekanga (PPRD) qui tiraient les ficelles dans l’ombre. A Lusambo où nous nous trouvons, personne n’a vu ni entendu le président de l’Assemblée provinciale défendre la première décision de justice prise par la cour d’appel dans cette affaire. C’est seulement lorsqu’une décision favorable à Joseph Mukumadi a été prise qu’il est sorti de ses gongs et révélé cette détermination à aider la justice de son pays», explique au Maximum un juriste du chef-lieu du Sankuru interrogé au téléphone samedi dernier. Benoît Olamba aura menti à l’opinion en soutenant que la seule candidature valable retenue par la CENI était « contestée par tous les sankurois », explique le journal.

Avant de rajouter : « dans une lutte politique aussi déloyale que âpre que se livrent des leaders de ce coin de la République. Et non pas dans une prétendue “contestation populaire”, selon plusieurs observateurs locaux interrogés par nos rédactions. Car en matière de popularité, aucun des protagonistes tapis derrière l’indépendant Joseph-Stéphane Mukumadi n’arrive à la cheville de Lambert Mende, selon les mêmes sources qui s’appuient sur les résultats électoraux dans la province. »

Et de prouver la popularité de Lambert Mende chiffre à l’appui « Ils révèlent qu’aux élections provinciales, les listes Alliance CCU & Alliés ont récolté 18.120 voix à Katako-Kombe, la circonscription électorale de Léonard She Okitundu, où le PPRD a recueilli 7.276 voix. A Lodja, la liste du regroupement politique de Lambert Mende totalise 47.394 voix, loin devant le PPRD et le PPPD qui en totalisent 27.681. Il faut ajouter à ces statistiques les voix de l’Alliance CCU & Alliés dans la circonscription électorale de Lusambo, soit 7.308 voix, pour un total général de voix obtenues par liste de 72.822 voix sur l’ensemble de la province du Sankuru. Contre un total général de 60.325 voix pour le PPRD, pourtant animé par une pléiade de leaders politiques d’envergure discutable dans la même province.»

De leur côté, ceux-ci et bien d’autres suspectent Lambert Mende d’avoir manœuvré pour que Mukumadi soit écarté de la course. Pour le sénateur Raymond Omba, « rester dans la logique d’un seul candidat gouverneur est une entrave à la démocratie ». Comme cet ancien chef des renseignements sous Mobutu, Basile Olongo, vice-premier ministre en charge de l’Intérieur, alerte sur un regain d’insécurité au Sankuru.

RFI / Le Maximum / MCP

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici